Un isoloir anti-COVID pour voter en tout sécurité

1er juin 2021 à 9h51 par Dolorès CHARLES

Isoloir anti-COVID
Isoloir anti-COVID
Crédit: Yann Launay-Hit West

La campagne électorale officielle démarre aujourd'hui en France, jusqu'au 18 juin. Dans le Morbihan, un isoloir anti-COVID est en phase de prototype.

Un isoloir anti-covid pour voter en toute sécurité : c'est ce que vient de mettre au point une entreprise basée à Arradon, près de Vannes. La société "Evenements et Tendances" n'est pourtant pas un fabricant de mobilier, mais un éditeur qui propose aux mairies des livres de mariage ou de naissance. La pandémie a fait chuter l'activité de l'entreprise, et l'a poussée à se diversifier. L'abstention aux élections municipales de l'an dernier a aussi été un déclencheur pour Alexandre Deby, directeur de l'entreprise, qui a imaginé "Isolib", un isoloir sans rideau :

"Dans notre isoloir, on rentre dans un petit vestibule, et on passe dans une autre petite pièce, la pièce de confidentialité, donc on met son bulletin dans l'enveloppe et on ressort. C'est le schéma de l'escargot : c'est un colimaçon. On ne touche à rien, il n'y a pas de rideau. Avec un système de paravents, on arrive à créer la confidentialité. On voit vos pieds, il n'y a pas de plafond, l'air circule. Aucun risque de claustrophobie."

Alexandre Deby, directeur de l'entreprise Isolib
Alexandre Deby, directeur de l'entreprise Isolib
Crédit: Yann Launay-Hit West

Isolib commercialisé à 350 euros

L'isoloir "Isolib" est fabriqué dans le Morbihan et en Ille-et-Vilaine. Il est encore en phase de prototype, mais il devrait être commercialisé autour de 350 euros, entre 10 et 15% de plus qu'un isoloir classique à rideaux. Plus large que l'isoloir classique, "Isolib" est constitué de panneaux de bois et de poteaux métalliques :

"L'idée, c'était de dépoussiérer un isoloir qui existe depuis 1913 : 80 cm par 80 cm avec un rideau, il n' a pas changé depuis... Alors qu'est-ce qui nous a poussé à faire ça ? La peur des gens à aller voter avec un rideau, parce que le rideau potentiellement peut être contaminant. L'idée, c'est de voter dans du confort, et de ne rien toucher. Nos détracteurs disent : mais on n'attrape pas le covid avec le toucher. C'est vrai, mais je crois qu'il faut nous adapter à d'éventuels autres risques pour le futur."

Alexandre Deby, directeur de l'entreprise Isolib
Alexandre Deby, directeur de l'entreprise Isolib
Crédit: Yann Launay-Hit West

Une façon de lutter contre l'abstention

Pour Alexandre Deby, cet isoloir permet de faciliter l'entretien, de renforcer la sécurité sanitaire, et davantage encore le sentiment de sécurité : une façon de lutter contre l'abstention :

"On a des taux d'abstention qui, aux dernières municipales, ont explosé. Beaucoup de maires se sont retrouvés élus avec 70% d'abstention : où est leur légitimité ? Est-ce qu'on ne doit pas tout faire pour arriver à rassurer ? Cet isoloir ne changera pas la face des choses, mais si cela peut ramener quelques électeurs, alors il faut le faire."

Alexandre Deby, directeur de l'entreprise Isolib
Alexandre Deby, directeur de l'entreprise Isolib
Crédit: Yann Launay-Hit West

L'isoloir "Isolib" sera testé par la commune morbihannaise de Grand-Champ, aux élections départementales et régionales, les 20 et 27 juin prochains.