Procès Troadec : les jurés sont entrés en délibération

7 juillet 2021 à 14h12

Procès Troadec - Assises

L'heure du verdict a sonné aux assises de Loire-Atlantique, à Nantes dans le procès Troadec ouvert il y a plus de 15 jours.

Depuis 15h ce mercredi, les jurés de la Cour d'assises de Loire-Atlantique, à Nantes, sont partis délibérer pour clore le procès de l'affaire Troadec. Sur les 16 questions qui leur sont posées, la 12 concerne l'altération du discernement, reconnue par un collège d'experts pendant les débats, mais écartée dans les réquisitions des avocats généraux hier, lesquels ont réclamé la perpétuité avec 22 ans de sûreté pour Hubert Caouissin, le meurtrier présumé défendu par maître Thierry Fillion qui ce matin au terme d'une plaidoirie de plus d'une heure, a imploré le jury de ne pas prononcer de peine d'élimination contre son client :

« Malgré les fais, je crois que dans ce dossier figurent des éléments qui permettent d'estimer que cette perpétuité ne doit pas être prononcée. Sinon, il n'y a plus besoin d'expertises, plus besoin de s'intéresser à l'homme et je crois que c'est l'un des fondements essentiels du procès en France ! Si on ne retient pas cette affection psychiatrique au centre des agissements d'Hubert Caouissin, on passe totalement à côté du dossier. On peut le faire, on peut dire les faits sont trop abominables, il y a quatre morts, et puisqu'il y a quatre morts, c'est forcément perpétuité. Mais à ce moment-là, il n'y a pas besoin de procès, c'est quelque chose de mécanique ! Il était indispensable de remettre l'homme au centre de ce dossier. »

Me Fillion, l'un des avocats de l'accusé

Les avocats généraux ont ausi requis trois ans de prison à l'encontre de Lydie Troadec, soit le maximum prévu par la loi pour la compagne de l'accusé brestois. Cette dernière est poursuivie pour modification des lieux du crime et recel de cadavres. Le verdict est attendu dans la soirée, ou la nuit.