Bretagne

Retraites : La mobilisation reste importante

09 janvier 2020 à 18h04 Par Emilie PLANTARD
Crédit photo : Hit West

A Nantes, Rennes, Brest ou Angers, des dizaines de milliers de personnes ont défilé contre le projet de réforme des retraites. C’est un peu moins qu’en décembre mais les syndicats sont toujours très mobilisés.

Nos confrères de Ouest-France annoncent 12.000 manifestants à Nantes (contre 20 000 lors de la 3ème journée d'action), 8000 à Rennes, plus de 4000 à Brest et à Angers, 3000 à Lorient… Signe que le mouvement n’est pas prêt de s’éteindre, tout juste s’essouffle-t-il un peu. Il faut dire qu’au bout de 36 jours de mobilisation, ce quatrième jour de grève national commence à peser lourd sur certains budgets et la lassitude guette dans les rangs. Quelques réactions au micro d'Emilie Plantard;

Écouter le podcast

"Ca commence à être long, on a des extrêmes en face de nous qui prolongent la lutte… C’est clair, même au niveau du salaire, c’est à chaque fois une journée de salaire qui est débitée. Là on voulait vraiment marquer notre détermination, un peu comme notre dernier baroud d’honneur en quelque sorte… Non je trouve que ça motive, au contraire, je pense que grâce à ce gouvernement, on sera de plus en plus nombreux… C’est ma première parce que ce n’est pas simple de pouvoir manifester. Du coup là j’y suis parce que c’est important et c’est vraiment céder sur l’âge pivot parce que c’est quelque chose qu’il ne faut pas laisser."

MANIF 4 FORCES ORDRE.JPG (1.21 MB)A Nantes, la tête de cortège était particulièrement encadrée par les forces de l'ordre

Le gouvernement ne convainc pas

Cette question de l’âge pivot sera au centre d’une conférence de financement, idée émanant de la CFDT, dont les modalités seront fixées ce vendredi 10 janvier, lors d’une réunion entre le premier ministre et les syndicats. Un pas du gouvernement ? Les manifestants n’y croient guère… Et pensent qu’il faut continuer la lutte.

Écouter le podcast

"On n’est pas lassés, on ira jusqu’au bout, on ira à toutes les manifestations si il le faut, c’est normal… La réunion on n’en attend rien du tout parce que je pense qu’il ne cèdera pas, donc il faudra continuer… Le combat vaut le coup, si on ne gagne pas, on perdra plus après… Il faut que le secteur privé se mette en grève pour soutenir le mouvement parce que c’est pas les cheminots et la RATP seuls qui arriveront à faire basculer ça. Je n’en attends pas grand-chose du gouvernement, ils sont arque boutés, ils veulent pourrir la situation. Je ne sais pas jusqu’où ça ira mais la seule solution pour eux c’est que le mouvement s’éteigne de lui-même."

Le retrait du projet

Au centre des contestations, le système de calcul à points et surtout l’âge de la retraite pivot dont ne veulent pas entendre parler les syndicats. La section départementale de Loire-Atlantique de la CFC-CGC peine à mobiliser au bout de 36 jours, derrière son président Xavier Dahéron, conteste toujours fermement cette réforme.

Écouter le podcast

"On demande à ce que le projet dans l’état actuel des choses soit mis en standby, de façon à ce qu’il y ait enfin une vraie discussion, une vraie négociation, sur le contenu de ce projet. Il y a eu plus de 2 années dites de concertation, ce sont en fait des discussions et pas des négociations. On apprend le 11 décembre le projet par le 1er ministre et dès le lendemain on apprend qu’il n’y a plus à discuter et que le projet est figé. Donc on demande enfin une vraie négociation sur le contenu de la réforme."

A Nantes, des organisations ont appelé à manifester de nouveau samedi 11 janvier, en centre-ville.