Actualités régionales

Les tests de dépistages pour le Covid en augmentation

20 juillet 2020 à 17h18 Par Mathieu LOPINOT
Crédit photo : Yann Launay

L'affluence augmente dans les laboratoires de l'Ouest pour se faire dépister : à Lorient, par exemple, le drive-test installé au parc des expositions se réorganise pour doubler sa capacité et faire face à l'augmentation des demandes. Reportage de Yann Launay.

Ce sont des infirmiers libéraux comme Fabienne qui se relaient, sur leurs jours de congé, pour effectuer les prélèvements. Prélèvements réalisés à l'aide d'un coton-tige inséré au fond des narines :

Écouter le podcast

"Au vu des nouveaux cas de covid sur la Bretagne, les demandes s'intensifient : on teste au moindre doute, au moindre symptôme, cela peut être pour un nez qui coule, une perte d'odorat, un pic thermique... On a aussi des professionnels qui sont amenés à partir : des marins de commerce, des militaires... Beaucoup de voyageurs aussi : pour se rendre dans certains pays, il faut avoir un test négatif..."

CORONAVIRUS DRIVE TEST LANESTER PARC EXPO A.jpg (325 KB)

 

@YannLaunay

Des patients de tout bord venus se faire dépister

Jusqu'à maintenant, autour de 80 personnes étaient testées chaque jour au parc expo du pays de Lorient. Un chiffre qui devrait doubler dans les jours qui viennent. Le test est remboursé à 100% par l'assurance-maladie. Il faut prendre rendez-vous, et le résultat est transmis par mail dans un délai moyen de 24 heures. Parmi les patients venus se faire dépister au drive-test, Cynthia, caissière dans un supermarché :

Écouter le podcast

"J'ai eu de la fièvre, de la toux, mon médecin ne savait pas ce que c'était, donc elle a préféré que je passe le test avant que je retourne au travail. Je pense que c'est important de le faire, et de continuer à se protéger. On avait senti un relâchement, les clients n'avaient presque plus de masque, c'est bien que ce soit maintenant obligatoire..."

"On avait recommencé les poignées de mains, les embrassades..."

Frédéric, qui ne veut pas tomber dans la psychose, mais qui présente des symptômes et se veut prudent :

Écouter le podcast

"C'est probablement une rhynopharyngite, mais le médecin de garde a préféré s'assurer que ce ne soit pas le covid... Comme je pars jeudi en avion, je n'ai pas envie d'emmener ça avec moi pour tout le monde dans l'avion... Je fais davantage attention avec ce que l'on entend sur la Bretagne, on s'inquiète un petit peu plus... On avait recommencé les poignées de mains, les embrassades... C'est fini là, on arrête tout..."

ou bien Pauline, dont le médecin traitant n'a voulu prendre aucun risque :

Écouter le podcast

"Mon médecin traitant m'a demandé de faire un test parce que j'ai eu des symptômes de gastro-entérite qui ont duré un peu longtemps, et mon médecin a eu des patients qui ont eu la covid avec des symptômes qui n'étaient pas ceux que l'on a l'habitude d'entendre... Finalement je préfère, par rapport à ma famille aussi : nous avons des anniversaires qui viennent dans les jours à venir, donc si j'étais atteinte, je resterai chez moi... Je pense que c'est dans les esprits tout le temps, maintenant, on vit avec ça..."