Les gilets jaunes pas convaincus ...

27 novembre 2018 à 15h29 par Katell LAGRE

HIT WEST

Emmanuel Macron dit "entendre les protestations d'alarme sociale" et dit vouloir "traiter aussi bien la fin du monde que les fins de mois" mais le discours du Président de la République ne semble pas apaiser la colère des Gilets jaunes.

Il n'y a pas assez de mesures concrètes, pour Emma, mobilisée depuis 10 jours sur le rond-point de Lann Sévelin, à Lanester, dans le Morbihan. Cette aide-soignante est loin d'être convaincue par la proposition d'une grande concertation de 3 mois :

Écouter le podcast
"On a bien entendu que sa concertation, c'était pour nous expliquer, pour faire de la pédagogie sur l'obligation - et on est tout à fait conscients de cela- de passer à un autre modèle, écologique. Mais nous ce que l'on attend, c'est qu'il nous entende sur le fait que l'on est taxés de A à Z... on ne plus survivre comme cela.. quand on affame le peuple, il faut pouvoir y répondre maintenant, et pas dans 3 mois.."

Chloé elle non plus ne compte pas ranger son gilet jaune dans la boîte à gants : pour cette demandeuse d'emploi, Emmanuel Macron est resté trop flou, en évoquant des mesures d'aides, qu'il faudrait renforcer et mieux expliquer.. Ce n'est pas ce qu'attendait Chloé :

Écouter le podcast
"Je ne demande pas des "chèques énergie", cela ne va pas régler le problème.. on aurait un pouvoir d'achat plus important, on pourrait payer nos factures... moi je veux juste que soit augmenté le pouvoir d'achat..."

Emmanuel Macron dit comprendre "ceux qui roulent beaucoup et qui ont du mal à boucler leur fin de mois", le Président de la République a dit aussi comprendre ceux qui n'ont pas les moyens d'habiter dans une grande ville et dépendent de leur voiture diesel pour aller travailler... mais pas question pour Emmanuel Macron de remettre en cause la taxe carbone : un paradoxe pour Emma qui n'accepte pas que l'on fasse payer ceux qui ne sont pas responsables de la situation :

Écouter le podcast
"J'ai le permis depuis 6 ans, et il y a 6 ans, on m'a expliqué qu'il fallait que je m'achète une voiture diesel, que je paie encore aujourd'hui... et on me dit qu'en fait ce n'est pas bien, qu'il faut que je passe à autre chose.. on marche sur la tête.. quand on voit que des accords de libre-échange sont mis en place avec de gros bateaux qui polluent comme 1 million de voitures et qu'eux sont détaxés..."

Même sentiment pour Raphaël, gérant d'un restaurant : pour lui, Emmanuel Macron ne pose pas l'équation correctement :

Écouter le podcast
"Le problème, c'est un problème financier, cette transition écologique, c'est : où trouve-ton l'argent pour résoudre les problèmes environnementaux ? Aujourd'hui, la solution que le gouvernement a trouvée, c'est de venir prendre l'argent à la base, ce sont les gens qui se lèvent le matin qui vont devoir payer... allons plutôt taper sur les gros groupes, qui eux paient leurs impôts à l'étranger.. allons voir au niveau de la fraude fiscale.."

Emmanuel Macron a aussi longuement évoqué le rapport des Français à l'impôt, en soulignant par exemple l'importance des impôts pour financer écoles et hôpitaux... un passage qui a mis Emma en colère :

Écouter le podcast
"Les taxes ne font qu'augmenter et on voit bien que nos services publics se dégradent de jour en jour, donc on voudrait bien que l'on nous rende des comptes sur où vont ces taxes réellement.."

Propos recueillis par Yann Launay …

Ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

Le Président de la République a promis une consultation de 3 mois sur le terrain et une fiscalité sur le carburant qui va s’adapter aux fluctuations des prix. En clair, lorsque le prix du baril de pétrole augmentera, la taxe carbone baissera et vice versa.
Plus largement, Emmanuel Macron a confirmé la réduction de la part du nucléaire et la fin des centrales à charbon d’ici 2022, dont celle de Cordemais en Loire-Atlantique. Ce n'est pas une surprise pour les salariés de Cordemais qui ont déjà prévu une série de manifestations à partir de jeudi.