Bretagne

Le soulagement à Caudan : la Fonderie ne fermera pas

29 mai 2020 à 10h26 Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : Yann Launay pour Hit West

Bonne nouvelle : pas de fermeture pour la Fonderie de Bretagne à Caudan. L'annonce a été officialisée ce matin sur place à Lorient. Un reportage de Yann Launay

La Fonderie de Bretagne ne fermera pas ses portes ! En tous cas pas dans l'immédiat : le site pour l'instant reste dans le giron de Renault, et l'activité à Caudan va se poursuivre, en conservant l'ensemble du personnel.

"Renault lance un groupe d’étude stratégique" pour la Fonderie de Bretagne, que l’on disait menacée de fermeture depuis une semaine. Finalement, la Fonderie ne sera pas fermée. Un soulagement pour les 380 salariés de Caudan. Certains sont réunis devant la sous-préfecture de Lorient ce matin, où une réunion se tenait.

LE SOULAGEMENT DES SALARIES

Ecoutez l'annonce de Maël Le Goff, devant les salariés à l'issue de cette réunion :

Écouter le podcast

FONDERIE DE BRETAGNE ANNONCE MAINTIEN LORIENT 29 MAI B.jpg (439 KB)

Au grand soulagement des salariés, mobilisés depuis lundi, et qui s'étaient réunis ce (vendredi) matin devant la sous-préfecture de Lorient pour obtenir enfin la réponse sur le sort de leur fonderie. Des salariés qui ont laissé éclater leur joie à l'annonce du maintien de leur usine :

Écouter le podcast
"La solidarité et le digne combat ont payé... Merci à tous ceux qui nous ont soutenu et aux pouvoir publics (...) On verra dans les semaines à venir, mais c'est déjà un gros soulagement qu'il n'y ait pas de fermeture du site (...) On garde espoir : on a toujours réussi à surmonter les épreuves ensemble, tous les salariés, et on va continuer..."

LES ELUS BRETONS SUR LE PONT

Pour expliquer ce rebondissement, il faut souligner la mobilisation des salariés, qui en ont demandé le soutien des élus locaux, régionaux, nationaux dès lundi, alors qu'ils n'avaient pas confirmation d'une fermeture du site. Ils en ont appelé à Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, ancien maire de Lorient et ancien président du conseil régional de Bretagne. Jean-Yves Le Drian qui a mis tout son poids dans la balance, comme ne le cache pas le préfet du Morbihan, Patrice Faure :

Écouter le podcast
"Qui mieux que lui connaît cette entreprise ? Certains membres de sa famille y ont travaillé, et il a vu le développement de cette belle entreprise, il l'a accompagné d'ailleurs. Il avait son mot à dire, puisqu'il connaissait l'entreprise. L'ensemble des élus du territoire sont tous unis comme un seul homme, derrière M. Le Drian, pour montrer que cette entreprise peut être viable, et sera viable..."

MAIS L'AVENIR N'EST PAS ENCORE GARANTI

L'avenir du site de Caudan n'est cependant pas garanti à long terme : une étude stratégique va être lancée par Renault pour explorer les possibilités de rendre la fonderie plus productive, comme l'explique Laurent Galmard, directeur de l'usine :

Écouter le podcast
"Nous allons regarder l'ensemble des pièces faisables en fonte pour le marché automobile au sens large, qui pourrait regrouper les machines agricoles, les camions, les bus, etc... Nous ne sommes pas fermés à une exploration de diversification sur de nouveaux marchés, et c'est la condition nécessaire pour rendre la fonderie de Bretagne rentable..."

FONDERIE DE BRETAGNE CAUDAN 29 MAI C.jpg (437 KB)

Ce maintien peut ressembler à un sursis, mais Maël Le Goff, délégué CGT de la Fonderie, veut rester à la fois lucide et confiant :

Écouter le podcast
"On sait qu'on aura toujours une épée de Damoclès au-dessus de la tête... Maintenant l'objectif c'est d'avoir du tonnage et pouvoir travailler sereinement. Dès la semaine prochaine on se mettra au travail pour trouver de nouveaux marchés. J'ai confiance en l'avenir parce que j'ai confiance en les salariés de la fonderie..."

Le blocage de l'usine a été levé, le travail doit reprendre mardi.

Le groupe Renault a tout de même annoncé la suppression de 15 mille emplois dans le monde dont 4 600 en France et notamment la fermeture de l’une de ses 14 usines… à Choisy-le-Roi en région parisienne à l’horizon 2022.

Mardi, le président Emmanuel Macron a annoncé un plan d’aide à la filière automobile.