Bretagne

La fête est finie, les professionnels trinquent !

23 octobre 2020 à 15h18 Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : Yann Launay

Plus personne dans les rues après 21h et jusqu’à 6h, c’est la consigne pour désormais 46 millions de nos concitoyens. Dans l’Ouest, le Maine-et-Loire et l’Ille et Vilaine sont concernés et de nouvelles mesures sont prises ailleurs comme en Loire-Atlantique pour endiguer la propagation du virus. Reportage à Rennes de Yann Launay.

La France sous couvre-feu. Désormais ce sont 46 millions de nos concitoyens, qui sont concernés par l’interdiction de circuler entre 21 heures le soir et 6 heures le matin, sauf exceptions professionnelle ou médicale (l'attestation est disponible sur le site du Ministère de l'Intérieur.) De nouvelles contraintes pour endiguer la propagation du coronavirus qui a tué plus de 34 000 personnes dans notre pays. Dans l’Ouest, deux départements, le Maine-et-Loire et l’Ille et Vilaine sont concernés avec 52 autres départements de France métropolitaine par ces restrictions horaires. 

Une décision qui passe mal à Rennes, pour les professionnels...

A Rennes, si la population globalement semble plutôt résignée, à l'image des habitants et touristes rencontrés par Yann Launay notre reporter en ville, ce vendredi matin, quelques heures après les annonces de l'exécutif :

Écouter le podcast

"Je pense que c'est une bonne solution, je pense que le  coronavirus se développe beaucoup dans les bars, après 21 heures... C'est un peu excessif mais si la population était capable de respecter les consignes de ne pas se rassembler, il n'y aurait pas besoin de couvre-feu...Demain commencent no vacances donc c'est un peu pénible mais je préfère ça qu'un confinement..."

... les restaurateurs & les gérants de bars eux sont vent debout contre l’instauration de ce couvre-feu. Ils ont manifesté devant la préfecture d’Ille et Vilaine. Pour Pierre Clolus, patron du restaurant « L’Ambassade » à Rennes, on punit les bons élèves :

Écouter le podcast

« Depuis trois semaines on était en négociations avec la préfecture pour avoir plutôt un allègement dans les mesures, et là, du jour au lendemain, on passe en couvre-feu… C’est inexpliqué : dans la métropole rennaise, les chiffres, en termes de réanimation et taux covid, sont bons… On a fait des efforts, toute la population a fait attention, et tout s’arrête… »

En Ille-Et-Vilaine, les bars resteront fermés pour trois semaines au moins, de jour comme de nuit, et pour six semaines dans le Maine-et-Loire. Les Préfets locaux ont aussi annoncé la fermeture des salles de sport, des bowlings ou des escape-games ... et fixé la jauge à 1 000 personnes maximum pour un événement public. Les restaurants fermeront également à 21 heures. Pour les professionnels du secteur CHR (Café Hôtel et Restauration), les aides promises par le gouvernement ne suffiront pas à compenser les pertes, ce sont pour le restaurateur Pierre Clolus des trompe-l’oeil :

Écouter le podcast

« Ce ne sont que des transferts de charges : il y a le chômage partiel, certes, qui évite juste qu’on licencie les salariés, autrement ils seraient à l’ANPE (ndlr Pôle Emploi), cela reviendrait au même… Ensuite, on a pour certains 1500 euros, mais c’est tout, on a nos loyers, nos prêts, nos charges qui ne baissent pas…. »

Les contradictions de l'exécutif dénoncées

Dans le cortège, Yann Launay a recontré Xavier, co-organisateur du salon Saint-Malo Craft Beer Expo, pour qui cette décision est le reflet, une fois de plus, des contradictions du gouvernement dans la gestion de la crise :

Écouter le podcast

« Les instances du tourisme ont communiqué il y a 15 jours, comme quoi il fallait que les Français réservent leurs vacances, partent en vacances… et là, une fois que tout le monde est parti en vacances, on les confine dans leur résidence secondaire, chez des amis… Pourquoi les avoir fait partir ? Diluer le problème ?... On nous dit depuis plusieurs semaines qu’il faut vivre avec le virus, mais on a un système hospitalier qui ne peut pas répondre à cette problématique, il a tellement été affaibli depuis des années. Pour préserver l’hôpital, il faut tout verrouiller… »

La Loire-Atlantique n’est pas passée loin du couperet

« Nous avons les moyens d’éviter le couvre-feu en Loire-Atlantique », malgré les indicateurs là aussi mauvais, selon le Préfet Didier Martin ce matin, qui tenait un point presse. Un axe inquiète les autorités en particulier : l’axe Clisson / Montaigu / Cholet où le virus circule activement… Le CHU de Nantes déclenche ce jour, le niveau 2 « Plan blanc » des plans d’urgence "afin de faire face à la sollicitation croissante du système hospitalier par des patients atteints de la COVID-19, comme pour poursuivre la prise en charge des patients nécessitant d’autres soins."

Pour rappel, les bars devront fermer demain (samedi) partout en Loire-Atlantique à 22 heures, les restaurants seront ouverts après 22 heures, mais ils ne pourront pas servir de boissons alcoolisées au bar, comme les épiceries de nuit ou les stations-services, et dans toute la région Pays de la Loire finies les buvettes lors de rassemblements publics et sportifs. Finie aussi la musique amplifiée et toutes activités musicales susceptibles de générer des rassemblements…

Bref la fête est finie !

Dans le Maine-et-Loire, des évènements sont annulés. A Angers, la foire Saint-Martin ne pas pouvoir ouvrir. A Cholet, le Salon de la maison fermera dès ce soir à La Meilleraie (un jour au lieu de 3), même chose pour la fête foraine Saint Denis qui devait se tenir jusqu'au 1er novembre.