Actualités régionales

L'agriculture manque de bras, plus encore que d'habitude

25 mars 2020 à 15h58 Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : Pixabay

Mangeons et consommons local !

L’appel a été entendu ! Les préfectures de l’Ouest nous invitent à soutenir l’agriculture en consommons local, et "à rejoindre la grande armée de l'agriculture française", en quête de main-d’œuvre… Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume avait lancé un appel en ce sens, et depuis 40 000 personnes se sont inscrites, pour aller travailler dans ce secteur qui manque de bras pour ramasser fruits et légumes en particulier... Le président de la Chambre d’Agriculture d’Ille et Vilaine, Loïc Guines, joint par Hit West.

Écouter le podcast

"Tous les ans c'est la difficulté à cette saison chez les producteurs de tomates, les producteurs de légumes sur Terres de Saint-Malo, tous les ans c'est un peu la difficulté alors cette année c'est accentué parce que vous avez quand même beaucoup d'étrangers qui viennent travailler, on a de plus en plus de mal à trouver des Français, pour faire ces travaux. Donc tout de suite ce sont des productions qui sont en manque de bras, oui et qui sont inquètes pour les semaines qui viennent..."

Pour répondre à la pénurie de bras pour récolter ou pour planter les semis, les organismes agricoles de Maine-et-Loire & Pôle emploi se mobilisent autour de la plateforme desbraspourtonassiette.wizi.farm Vous pouvez déposer des annonces comme proposer vos services… Le tout en adoptant les bons gestes barrières, une fois dans l’exploitation.

Pas de souci dans l'approvisionnement

Il n’y aura pas de problème d’approvisionnement assurent les autorités. Agriculteurs et marins-pêcheurs de Cornouaille notamment poursuivent leur activité de Douarnenez à Loctudy pour nous approvisionner quotidiennement en produits frais. Le président de la Chambre d’Agriculture d’Ille et Vilaine, Loïc Guines.

Écouter le podcast

"L'agriculture c'est une machine qui vous n'arrêtez pas du jour au lendemain, voilà c'est un métier de passion en plus ... Oui on est toujours là, toujours présents ! Nous sommes présents, et on fait le maximum de ce que l'on peut faire .. et il faut surtout rassurer nos concitoyens : demain il y aura encore à manger ! C'est le premier des messages à faire passer pour qu'il n'y ait pas d'affolement et il n'y a pas de raison à s'affoler. On aura demain toujours les capacités à nourir la population..."