Au Nom de la Terre, en route pour les Césars

29 janvier 2020 à 14h57 par Emilie PLANTARD

Le film d'Edouard Bergeon, tourné dans une ferme mayennaise, est nominé 3 fois pour les Césars 2020. Une nouvelle réussite pour l'équipe, après le succès en salle.

HIT WEST
Crédit: Au Nom de la Terre

Meilleur premier film, meilleur espoir masculin pour Anthony Bajon et le prix du public ; Au Nom de la Terre continue sur sa lancée en raflant 3 nominations aux Césars 2020. Le film, tourné à Saint-Pierre-sur-Orthe en Mayenne, dans la ferme de Vincent et Valérie Barré, raconte l’histoire vraie de son réalisateur Edouard Bergeon. Cette histoire c’est celle de son père, agriculteur, qui a mis fin à ses jours. Un destin qui fait écho à beaucoup de parcours d’agriculteurs en France et qui a ému près de 2 millions de spectateurs en salle. Ces nominations sont une satisfaction supplémentaire pour Valérie Barré. 


Écouter le podcast


"Superbe nouvelle pour nous en tant qu’agriculteurs parce qu’on se rend compte qu’il a accroché le monde rural mais aussi le monde urbain. Il suffit d’être à la sortie de chaque salle de cinéma, on voit que les gens restent bouche bée, c’est un silence qui règne et je pense que ça a touché les gens. Oui ça peut avoir un impact d’un point de vue politique, ils vont arriver quand même à prendre conscience qu’il y a un gros malaise."


Une équipe reconnaissante


Le plaisir est d’autant plus vrai que la famille Barré garde un très bon souvenir du tournage et de l’équipe. Tourné il y a 2 ans sur une partie inexploitée de la ferme, le film a été pour eux une belle expérience.


Écouter le podcast


"Ca n’aura rien changé à notre quotidien pour le travail, par contre nous on ressentait le besoin d’aller jeter un coup d’œil tous les jours. Et puis ils ont été hyper sympa à notre égard, on les a toujours suivis, on a toujours été invités pour les moindres fêtes qu’il y avait, là encore la semaine dernière on était invités à l’Hôtel de Région Pays-de-la-Loire… Donc on est toujours en contact, ça va faire 2 ans et on est toujours en contact."


Un acteur nantais au casting


Eric Brulé est un comédien nantais, il a joué le rôle d’un collecteur de chevreaux dans le film d’Edouard Bergeon. Il est d’autant plus satisfait de cette nomination que le film a du sens.


Écouter le podcast 


"Ça me fait énormément plaisir, vu le petit rôle que j’avais je ne suis pas sûr que ça ait un énorme impact sur ma carrière… Mais c’est mérité, c’est un film très personnel, qui parle du drame familial du réalisateur. Ce n’est pas une fiction, c’est une histoire vraie qui lui est arrivée et qui arrive à des centaines d’autres personnes, en France, depuis longtemps."


Un public plutôt rural


Aux Césars, Edouard Bergeon et son équipe auront de solides « adversaires », notamment Les Misérables qui concourra dans la même catégorie du meilleur 1er film et celui du public. Les 2 longs-métrages ont cartonné en salle et ont d’ailleurs quelques similitudes sur le fond.  Au Nom de la Terre garde, malgré tout, les faveurs du milieu rural, comme au cinéma Le Vox à Mayenne où il domine le nombre d’entrées en 2019. Antoine Glemain, co-gérant du Vox réagit à cette nomination :


Écouter le podcast


"C’est certainement une bonne nouvelle, il a touché un très large public en Mayenne, et pas qu’en Mayenne. Franchement ce n’était pas anecdotique, ce n’est pas lié au fait simplement qu’il ait été tourné en Mayenne, c’est le sujet abordé qui a beaucoup touché les gens. Il y a de tout dans le cinéma, mais il y a aussi cet aspect-là, le fait d’exprimer une réalité sociale, qui fait effet miroir. Quelque part Les Misérables ont le même rôle pour la banlieue. C’est le rôle du cinéma, oui !"






Projeté hier au parlement Européen, "Au Nom de la Terre" n’a pas eu le même impact à Paris où il n’enregistre que 200.000 entrées. Espérons que le jury des Césars soit plus sensible à ce récit de vie paysanne. Réponse le 28 février, en clair sur Canal plus, lors de la 45è cérémonie des Césars.