Le Tour de France tente de réduire son impact environnemental

5 juillet 2021 à 7h43 par Alexandra BRUNOIS

Un char de la caravane publicitaire
Crédit: Yann Launay

Le Tour de France est-il trop polluant ? Des élus ont exprimé ce reproche, ces deux dernières années, en demandant à l'organisation comme aux partenaires de faire des efforts pour réduire l'impact environnemental de la course. On se souvient de la position de Rennes, qui a décliné l'accueil du Grand départ.

Karine Bozzacchi est responsable développement durable chez ASO, l'organisateur du Tour. Elle assure que la course poursuit ses efforts engagés de longue date pour rendre l'événement plus respectueux de l'environnement. Elle reconnaît que les polémiques récentes ont finalement permis d'accélérer les choses... la traduction concrète est visible sur cette édition 2021 :

"On a vraiment un gros travail sur la mobilité durable : cette année on passe à 159 véhicules en hybrides rechargeables, l'année dernière on en avait 29... On entraîne nos partenaires, les prestataires : on a des partenaires qui font le Tour en 100% électrique, d'autres au GPL. On aura cette année un test avec un camion qui fonctionnera au bio-carburant, au colza 100% français..."

Karine Bozzacchi, responsable développement durable chez ASO
Crédit: Yann Launay

Consciente de ses rejets de gaz à effet de serre, l'organisation du Tour accentue la compensation :

"On travaille avec le Centre national de la protection forestière, qui nous permet de compenser nos émissions de CO2 : ça va être du reboisement, de la gestion durable de forêts... Là on va par exemple reboiser des sites qui ont connu des tempêtes, sur le parcours du Tour de France..."

Karine Bozzacchi, responsable développement durable sur le Tour de France
Crédit: Yann Launay
Karine Bozzacchi d'ASO
Crédit: Yann Launay

Les centaines de milliers d'objets promotionnels distribués par la caravane du Tour sont aussi dans le collimateur de certains élus... En 2019, 34 parlementaires de tous bords politiques avaient d'ailleurs publié une tribune demandant au Tour d'en finir avec "les gadgets en plastique" distribués aux spectateurs. Dans ce domaine aussi, Karine Bozzacchi assure que les choses évoluent :

"On a supprimé tout le plastique à usage unique, donc les emballages de ces goodies, et aujourd'hui on est sur des matières plus responsables, par exemple des porte-clés en bois. On essaie aussi de travailler sur des idées nouvelles : trouver de nouveaux types de cadeaux. C'est d'en l'intérêt de tout le monde que les objets soient et de bonne qualité et utiles, sinon ils partiront à la poubelle, donc c'est dans l'intérêt des marques et dans l'intérêt du Tour de France."

Karine Bozzacchi d'ASO
Crédit: Yann Launay