Bretagne

Municipales : enjeux dans le Finistère

19 février 2020 à 09h27 Par Dolorès CHARLES
Cathédrale St-Corentin Quimper
Crédit photo : Hit West (archives)

Les élections municipales approchent, intéressons-nous ce mercredi au département du Finistère. Le territoire n'y a pas échappé : avec la crise des grands partis traditionnels, les cartes sont rabattues et le jeu s'est considérablement ouvert.

A Brest, François Cuillandre se représente pour un 4ème mandat : le maire socialiste est en fonction depuis 18 ans, il avait succédé à l'époque à un autre maire socialiste : Pierre Maille. Mais cette fois, le scrutin s'annonce plus compliqué pour François Cuillandre, dont la réélection est loin d'être garantie, comme l'explique Christian Gouérou, directeur départemental Ouest France pour le Finistère :

Écouter le podcast

"Cela va être compliqué face à LREM, face à un ancien socialiste, Marc Coatanea, qui pilote la liste LREM. Compliqué aussi face à la droite de Bernadette Malgorn, qui espère tirer cette fois-ci son épingle du jeu. Et sur l'extrême gauche, on va avoir une France Insoumise qui va être forte, et on aura aussi sans doute du Rassemblement national... Cela veut dire qu'au soir du premier tour, on aura peut-être 5 listes en mesure de se maintenir..."

Francois-Cuillandre.JPG (278 KB)

François Cuillandre @hitWest

A Quimper comme à Brest, rien n'est écrit

Le maire sortant Ludovic Jolivet, qui se présente comme Macron-compatible (il a quitté le parti Les Républicains l'an passé pour rejoindre le mouvement pro-Macron "Agir") se retrouve face à la députée LREM Anaïg Le Meur :

Écouter le podcast

"On pourrait dire : Ludovic Jolivet est favori, il a l'élan du sortant.. Mais c'est plus compliqué que cela : on a trois listes qui sans doute au soir du premier tour pourraient se maintenir : la liste Ludovic Jolivet, la liste d'Isabelle Assih, qui rassemble assez largement à gauche, et au centre on a LREM, la députée, qui nous dit qu'elle ne compte pas se désister en faveur du maire sortant... Donc on pourrait avoir trois listes pour le second tour..."

L'alternance pas exclue à Morlaix

A Morlaix, là aussi, la maire actuelle se représente : Agnès Le Brun brigue un troisième mandat, mais l'alernance n'est pas exclue :

Écouter le podcast

"Morlaix est une ville particulière : dans les élections nationales, elle vote à gauche, mais dans les municipales, elle alterne... Les enjeux de ces municipales 2020, c'est aussi les communautés de communes, les agglo : on a une ceinture de villes, autour de Morlaix, qui est à gauche, et qui a remporté la présidence communautaire, avec une ville-centre qui est gérée par une femme de droite : cela crée des conflits, des difficultés à gouverner, à aller de l'avant... on verra demain..."

boat-4475001_1280.jpg (431 KB)

Et les élections communautaires ?

C'est un aspect des élections que l'on aurait tendance à oublier, mais les élections qui approchent sont à la fois des élections municipales... et des élections communautaires, pour désigner les membres des intercommunalités. Pour les agglomérations, les enjeux sont de taille.

Exemple à Quimper :

Écouter le podcast

"L'exemple de projet de salle Arena pour Quimper, porté par le maire actuel : les communes périphériques se disent que si la métropole s'embarque dans un tel projet, cela va peser sur les finances communautaires, et on ne pourra peut-être pas faire autre chose, mener d'autres projets. Tout est lié..."

Une interview réalisée par Yann Launay.