Macron face aux maires de Bretagne

3 avril 2019 à 14h22 par Katell LAGRE

C'était l'avant-dernière étape du Président de la République dans le cade du Grand débat : Emmanuel Macron a participé aux premières assises des maires de Bretagne.

HIT WEST

Le Président de la République a d’abord écouté la synthèse des questions et des propositions des 600 maires réunis au Palais des congrès de Saint Brieuc. Emmanuel Macron a ensuite pris la parole, sans lire son discours, mais en répondant point par point aux remarques des maires. Il s’est montré ouvert à la mise en place d’un droit à l’expérimentation locale, mais Emmanuel Macron a confirmé la suppression de la taxe d’habitation, qui inquiète de nombreux maires.

Au final, l’intervention d’une heure et demi d’Emmanuel Macron a-t-elle convaincu ? La réponse de Dominique Cap, maire de Plougastel Daoulas, près de Brest, et président des maires de Bretagne :

Écouter le podcast
« Il y a des réponses qui nous satisfont, d’autres, on verra.. On lui a demandé d’avoir un seul interlocuteur, que ce soit le préfet, et qu’il n’y ait pas une multitude d’acteurs de l’Etat qui se contredisent, il nous a dit ok, on va avancer… Quand on lui a demandé à délocaliser des financements d’Etat et à nous laisser au niveau régional nous organiser pour distribuer cet argent, il était plutôt ouvert à cette expérimentation... après, quand il dit que l’on va diminuer les normes, il faut voir sur le terrain.. »

Pour Béatrice Duguépéroux Honoré, maire de Lourmais, en Ille & Vilaine, Emmanuel Macron s’est montré à l’écoute et plutôt compréhensif :

Écouter le podcast
« Il s’est nourri du Grand débat et de toutes ces rencontres pour comprendre des choses qu’il n’avait pas comprises… je suis une optimiste, alors je suis forcément confiante, maintenant j’attends de voir de quelle manière on va pouvoir traduire tout cela, de quelle manière on va pouvoir simplifier les choses, et nous accompagner dans notre envie de faire. «

Les élus étaient nombreux à regretter la suppression de la taxe d’habitation, qu’Emmanuel Macron a de nouveau confirmé, comme il a confirmé la politique en matière de logement social : deux points qui mécontentent François Cuillandre, le maire de Brest :

Écouter le podcast
« Sur la question de la taxe d’habitation, je pense qu’il faut maintenir le lien entre le citoyen et le contribuable local, sinon ou déresponsabilise… Sur le logement social, le Président garde le cap, alors que ce que l’on constate ( je préside mon office hlm) on perd des recettes qui ne nous permettront plus d’entretenir notre patrimoine ou de faire des constructions nouvelles.. »

De son côté, Evelyne Simon Glory est maire de la petite commune rurale de Plesder, 820 habitants, en Ille et Vilaine, et elle sort déçue de cette rencontre avec Emmanuel Macron : pour elle, les problèmes des communes rurales n’est pas véritablement pris en compte :

Écouter le podcast
« Les budgets locaux ne seront plus forcément rattachés à nous, ils seront rattachés à l’Etat, et à partir du moment où les budgets sont rattachés à l’Etat, on n’a plus la main sur rien, et nos communes sont condamnées à disparaître… Tous les ans on nous enlève quelque chose.. »

Lors de cette intervention à Saint Brieuc, Emmanuel Macron a commencé à faire la synthèse du Grand débat, en évoquant la nécessité de mieux promouvoir l’égalité des chances, en mettant aussi en garde contre l’individualisme : le Président de la République prévient qu’il n’y aura pas autant de réponses que de Français, et appelle chacun à prendre une partie des responsabilités, de ne pas en rester aux doléances mais à prendre des engagements.
Un discours cohérent pour Luc Foucault, maire de Séné, dans le Morbihan :

Écouter le podcast
« Je pense qu’il ne sortira pas le carnet de chèques une seconde fois, je pense qu’il a compris que le problème était ailleurs, du côté de nos institutions, du rapport aussi entre nos concitoyens et les services publics… »

De son côté, Emmanuel Couet, maire de Saint Jacques de la Lande et président de Rennes Métropole, estime que le gouvernement ne doit pas oublier les priorités, pour sortir par le haut de la crise des Gilets jaunes et du Grand débat :

Écouter le podcast
« On a beaucoup évoqué ce matin les questions institutionnelles, les questions d’organisation des pouvoirs publics, mais ce qu’attendent les Français, de mon point de vue, ce sont d’abord des réponses sociales, sur le terrain de la justice sociale, et de la justice fiscale. .. »

Reportage de Yann Launay.