Christel licenciée à Saint Nazaire pour délit d’opinion se défend

27 avril 2021 à 0h55 - Modifié : 27 avril 2021 à 2h58 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Tribunal de Nantes (Cédric Mané)

Une salariée nazairienne était hier (lundi) au tribunal administratif de Nantes, pour avoir chanté des paroles diffamatoires en manifestation, à l'encontre du maire de Saint-Nazaire notamment, ou la police.

Christel Husson a été licenciée à la fin mars de l'ADPS, une structure de prévention qui agit auprès de populations fragiles en Loire-Atlantique. Quelques mois avant son embauche, elle avait participé à des manifestations dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes. Christel est accusée dans une chanson d'avoir dit du maire de Saint-Nazaire David Samzun qu'il n'était pas "malin" et d'avoir traité d'autres élus locaux de "pantins". Des propos aussi selon la police. Selon son avocat, Me Erwan le Moigne, il s'agit d'une atteinte à la liberté d'expression de sa cliente :

Me Erwan Le Moigne

Christel Husson se dit sidérée que la vie professionnelle puisse être perturbée par ses engagements hors de son cadre de travail.

Christel Husson

FO, FSU, Solidaires, LDH et Libre Pensée de Loire Atlantique appelaient à se réunir hier (lundi) en soutien à Christel Husson, salariée en période d’essai à l’ADPS depuis le début février, et licenciée "pour délit d'opinion". Les syndicats avancent la liberté d'expression et de manifestation. Pour Christelle son licenciement n'est pas fondé sur une faute ou un manquement professionnel. A l'ADPS, l'un des salariés qui parle sous couvert d'anonymat du fait de son statut, est très surpris de la tournure de cette affaire et notamment de l'impact de vidéos diffusées par des médias militants sur les réseaux sociaux.

Militant FSU

Selon l'avocate de l'Agence Départementale de Prévention Spécialisée, les paroles que Christel Husson 42 ans, cheffe de service éducatif, est accusée d'avoir prononcées sont incompatibles avec ses fonctions, puisqu'elle est en lien dans le cadre de son travail avec les élus et les institutions qu'elle critique. A l'audience ce lundi après-midi, des vidéos issues de comptes facebook de réseaux militants, dans lesquelles on peut voir et entendre Christel Husson, ont été remises au juge du tribunal administratif de Nantes.