Bol de céréales en classe, c'est pour bientôt à Saint-Nazaire !

23 avril 2019 à 3h17 par Emilie PLANTARD

Dans le cadre du Plan Pauvreté, le gouvernement souhaite étendre le dispositif du petit-déjeuner gratuit pour les enfants les plus défavorisés. Saint-Nazaire a été sollicité pour participer au lancement du dispositif.

HIT WEST
Crédit: Pixabay

Dans le cadre de son Plan Pauvreté développé, le gouvernement souhaite développer un dispositif de distribution de petits-déjeuners gratuits aux élèves qui arrivent le ventre vide à l’école, près d’1 sur 10 selon la ministre. L’expérience sera lancée dans 8 académies. En Pays-de-la-Loire, c’est le recteur de l’académie de Nantes qui a sollicité la mairie de Saint-Nazaire pour participer à ce dispositif. Xavier Perrin est adjoint au maire en charge de l’éducation et il est tout à fait favorable à ce déploiement dans les écoles de la commune classées en REP Plus (Réseau d’Education Prioritaire renforcé). Près de 1300 enfants sont concernés à Saint-Nazaire.


Écouter le podcast


La famille au cœur du dispositif


Cette mesure consiste à offrir un contexte favorable à certains enfants contraints de démarrer la journée d’apprentissage le ventre vide. A Saint-Nazaire, Xavier Perrin est résolument convaincu de l’intérêt de cette action en précisant toutefois qu’il ne s’agit pas simplement d’offrir un repas. Les familles concernées seront accompagnées afin qu’à terme, chaque enfant puisse prendre un petit-déjeuner à la maison.  


Écouter le podcast


Des délais difficiles à respecter


L’Etat a demandé aux territoires pilotes de servir les premiers petits-déjeuners dès la rentrée scolaire des vacances de Printemps. Un timing particulièrement serré que la ville de Saint-Nazaire ne parviendra pas à respecter. L’heure est à la concertation de tous les acteurs, du directeur d’école au nutritionniste. Quelques semaines de travail sont encore nécessaires.


Écouter le podcast


Au total, 5600 enfants sont scolarisés dans les établissements nazairiens en maernelle et primaire. La municipalité estime à près de 400 le nombre de petits-déjeuners à distribuer.


"Ne pas commencer la journée le ventre vide"



Ce matin, l’État annonce qu'il financera les petits-déjeuners gratuits à l’école à hauteur de 6 millions d’euros en 2019. Des petits-déjeuners « équilibrés et de qualité ». Ce dispositif concernera à terme « 100 000 enfants » dans les « territoires prioritaires ». Déployée dans huit académies tests que sont Amiens, La Réunion, Lille, Montpellier, Nantes, Reims, Toulouse, Versailles, la mesure sera « généralisée à la rentrée à tout le territoire !




Le ministère de l’Éducation nationale pilotera ce dispositif qui sera budgété à hauteur de 12 millions d’euros en année pleine, dès 2020. Le plan pauvreté - doté de 8,5 milliards d’euros -- comprend également la cantine à un euro mais aussi le revenu universel d’activité (RUA) qui fusionnera « le plus grand nombre possible de prestations », du RSA aux aides au logement.