Alerte à la pollution en Bretagne

1er avril 2019 à 4h17 par Alexandra BRUNOIS

Alerte à la pollution en Bretagne⬦ Selon Air Breizh, la qualité de l'air est jugée « mauvaise à très mauvaise » sur la côte nord de la région et « moyenne à médiocre » au Sud.

HIT WEST

En cause : la présence de particules fines en suspension dans l’air. La procédure d’alerte a été déclenchée pour 3 de nos départements : les Côtes d’Armor, le Finistère et l’Ille-et-Vilaine.


Brest, Saint-Malo et Saint-Brieuc sont les villes les plus touchées… avec un indice 8 sur une échelle de 10. Rennes est à 6 tandis que Quimper, Lorient et Vannes sont à 5.




Une situation qui devrait perdurer toute la journée du fait de la météo anticyclonique.


Conséquences : La vitesse est abaissée à 90km/h sur les 2x2 voies nationales normalement limitées à 110km/h dans le département des Côtes d'Armor et de l'Ille-et-Vilaine. Il est conseillé de ne pas dépasser les 90km/h sur les nationales normalement limitées à 110km/h dans le département du Finistère.


Les Préfectures bretonnes invitent les personnes vulnérables et la population en général à la vigilance.


Pour les personnes vulnérables ou sensibles :
-En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé,
-Prenez conseil auprès de votre médecin, pour savoir si votre traitement médical doit être adapté,
-Privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort,
-Privilégiez les activités modérées,
-Evitez les zones à fort trafic routier, aux périodes de pointe.


Pour la population générale :
En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé ;
-Privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
-Réduisez, voire reportez les activités physiques et sportives intenses dont les compétitions.


Il convient de maintenir les pratiques habituelles de ventilation et d’aération (la situation, lors d’un épisode de pollution, ne justifie pas des mesures de confinement) et de ne pas aggraver les effets de cette pollution en s’exposant à des facteurs irritants supplémentaires : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, chauffage au bois, exposition aux pollens en saison,…