Actualités régionales

Formations aux gestes qui sauvent ce soir à Rennes

11 octobre 2018 à 10h30 Par Alexandra BRUNOIS
Crédit photo : Alexis Bédu

Connaissez-vous les gestes qui sauvent ? A Rennes aujourd’hui, la protection civile propose une soirée de formations aux massages cardiaques, pose de garrot, utilisation d’un défibrillateur…

Des gestes de premiers secours indispensables et trop souvent méconnus… Seulement 25% des Français disent les connaître… comme ces bretons rencontrés par Romane Tirel

Écouter le podcast

"- On a eu une journée de formation en tant qu'assistantes maternelles. J'aimerais bien par contre les renouveler parce que c'est vrai qu'on peut oubier surtout quand on pratique pas. J'en parle beaucoup en ce moment et je trouve que c'est obligatoire, indispensable que tout le monde devrait les connaître. Je me dis voià quelqu'un a un malaise dans la rue, on peut arriver tout de suite et puis quand on sait sur les premiers gestes sauvent aussi si c'est pris dans les premiers temps. Puis, ça rassure après aussi de les connaître.
- Ah non!!! Moi j'aurai peur de le tuer, moi je ne l'approche pas, j'appelle les secours à la limite... mais à la base, j'aurai bien aimé apprendre les gestes.
- Je pense aux massages cardiaques, ça me fait penser au bouche-à-bouche notamment des gestes comme ça, tout ce qui va permettre de faire un premier secours aux victimes en attendant les vrais secours. Dans l'idée, je connais la théorie, après passerà la pratique c'est toujours stressant en fait. Ce serait d'écarter tous les gens autour, ça serait de prévenir les secours, de continuer à lui parler pour garder la conscience éveillée afin de dresser un premier diagnostic quand les secours arrivent. Tout le monde devrait être formé, ça serait beaucoup plus simple".

Ségolène Vimeux est responsable formation à la protection civile de Rennes. Elle nous explique les gestes les plus importants à réaliser lors d'un accident.

Écouter le podcast
« On va faire tout ce qui est la protection, l'alerte, les réanimations cardio-pulmonaires. On a un power point pour apprendre des choses aux gens, grâce à des interactions avec des images. Puis, on les fait pratiquer parce que c'est en pratiquant qu'on apprend le mieux. Le post-attentat a fait que les gens ont voulu se former rapidement parce que malheureusement c'est un risque encore d'actualité. On leur apprend comment réagir face à une situation d'attentat. La gestion d'hémorragie et les arrêts cardiaques sont des choses qu'il faut pouvoir gérer rapidement ».

La jeune Anouk, 15 ans, a participé avec sa famille à la première formation organisée jeudi 13 septembre.

Écouter le podcast
« J'apprends juste à savoir faire pour aider quelqu'un en danger. J'ai déjà vécu ça, je n'ai rien plus et je me suis senti mal. J'ai appris comment faire si quelqu'un saigne beaucoup, s'il y a eu un accident... Je sais que le 15 c'est pour le SAMU, le 17 pour la police et le 18 pour les pompiers. Cette formation va beaucoup m'aider ».

Mohamed, 28 ans, a décidé de faire cette formation pour une raison bien précise.

Écouter le podcast
« Il faut absolument apprendre ça. Depuis que je suis devenu papa il y a quatre mois, je pense à aider à l'avenir s'il arrive un truc à un de mes proches. Le fait d'être devenu papa m'a fait changer. On réfléchit beaucoup et on voit les choses différemment. Je conseille à tout le monde de faire cette formation. Elle est rapide et on apprend pas mal de choses. C'est pour soi que l'on fait ça aussi, ce n'est pas pour rien ».

Formations payantes (15 euros par personne) ce soir donc à Rennes de 18h à 20h, puis mardi prochain et le 25 et 30 octobre.

Un reportage d'Alexis Bédu

Dans le Finistère, le centre de secours de Brest organise quant à lui une formation le 29 octobre prochain. La Protection civile propose elle aussi des initiations.
Dans le Morbihan et les Côtes d’Armor, rendez-vous par exemple avec l’Union départementale Premiers Secours à Kervignac le 20 octobre et Plérin le 27 octobre.