Retour sur les élections départementales en Bretagne

27 juin 2021 à 22h30 - Modifié : 27 juin 2021 à 22h32 par Dolorès CHARLES

Panneaux électoraux Bretagne
Crédit: Yann Launay-Hit West

Côté Régionales, les sortants ont la cote à l'image du breton Loïg Chesnais-Girard qui disposera sans doute d'une majorité relative au Conseil régional. Côté départementales, le Finistère passe à droite et les Côtes-d'Armor repassent à gauche.

C’était hier le second tour des élections régionales et départementales, scrutin à nouveau marqué par une forte abstention (68% en PDL contre 42% en 2015)… En France, LR et PS ont relevé la tête avec l’élection de plusieurs présidents sortants : c’est le cas des républicains Xavier Bertrand dans les Hauts de France, Laurent Wauquiez en Auvergne Rhône-Alpes, Renaud Muselier en PACA et des socialistes Carole Delga en Occitanie et Alain Rousset en Nouvelle Aquitaine.

Même tendance en Bretagne

En région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard (PS) est arrivé en tête avec près de 30% des voix devant la candidate LR Isabelle Le Callenec (22%), l’écologiste Claire Desmares-Poirrier (20%), le marcheur Thierry Burlot (14%) et le représentant RN Gilles Pennelle (13%). Ecoutez la réaction de la candidate LR, Isabelle Le Callenec, qui a conforté sa 2ème position. Pour celle qui se présente comme la seule force d’opposition crédible, et après la campagne passée, le président Loïg Chesnais-Girard disposera d’une majorité fragile.

Isabelle le Callenec, candidate LR aux régionales de Bretagne
Crédit: Dolorès Charles

Les Départementales

Pour ce qui est départementales en Bretagne : l’Ille-et-Vilaine reste à gauche, mais le président sortant PS Jean-Luc Chenut devra composer avec les Verts pour obtenir une majorité. Le Finistère bascule à droite avec Maël de Calan, mais les Côtes d’Armor repassent à gauche avec Christian Coail.

Christian Coail futur président des Côtes-d'Armor
Crédit: Dolorès Charles

Le Morbihan reste aux mains de la droite et du centre avec David Lappartient, qui ne réalise toutefois pas le grand chelem en remportant tous les cantons. Il déplore la forte abstention, et il considère que le vote électronique ne résoudra pas tout, car le mal démocratique est plus profond.

David Lappartien, futur président du Morbihan
Crédit: Dolorès Charles

La désignation officielle des présidents aura lieu cette semaine, la plupart jeudi. Les deux grands perdants de ces scrutins sont le Rassemblement National de Marine Le Pen et le parti d’Emmanuel Macron - LREM, les deux partis face à face lors de la dernière présidentielle en France.