Qu'en est-il du vote obligatoire ?

22 juin 2021 à 6h24 - Modifié : 24 juin 2021 à 21h47 par Dolorès CHARLES

Isoloir anti-covid Arradon (56)
Crédit: Yann Launay-Hit West

Comme partout en France, l'abstention a été la grande gagnante du premier tour des élections dimanche. Yann Launay est allé à la rencontre des électeurs qui ne sont pas allés voter.

La Bretagne n'a pas échappé à cette vague d'abstentions : 64% des inscrits bretons ont boudé les urnes, dimanche. Pourquoi avez-vous été si nombreux à vous abstenir ? Yann Launay a posé la question dans les rues de Lorient, ville bretonne la plus abstentionniste pour ce premier tour, avec 71% des inscrits qui n'ont pas pris part au vote :

"Les deux en même temps : Régionales et Départementales, ça faisait trop compliqué. Peu importe qui sera à la Région ou aux Départements, de toute façon c'est Paris qui gère, on l'a vu avec le covid. C'est la première fois que je n'ai pas été voter. Parce que voilà, profiter de bouger, sortir... Et puis il y avait beaucoup de listes, j'ai été un peu noyé, avec trop de candidats. Quand on était plus jeunes, il y avait la gauche, la droite, le centre, l'extrême-droite. Maintenant, à force de changer leur nom, on ne sait plus qui est qui."

Les lorientais sont 71% à ne pas être allés voter dimanche
Crédit: Yann Launay

L’abstention à tous les niveaux

L'abstention a été forte dans toutes les catégories socioprofessionnelles et dans toutes les catégories d'âges. Avec des différences tout de même : ce sont par exemple les 18-24 ans qui ont boudé les urnes le plus massivement : une enquête Ipsos indique que l'abstention dans cette tranche d'âge aurait même atteint 87% lors de ce premier tour des Régionales et départementales à comparer aux 40% d'abstention chez les 70 ans et plus. Nous avons rencontré à Lorient quelques-uns de ces jeunes abstentionnistes âgés de 18 à 24 ans :

"Je n'ai pas voté parce que je n'étais pas spécialement intéressée, je trouve qu'il n'y a pas eu beaucoup de pub sur ça... On reçoit les papiers dans la boîte aux lettres, mais trop de papiers, ça ne me donnait pas envie de lire, et ça ne me touche pas du tout. Alors que pour la Présidentielle, je sais que j'écouterai plus. Je ne me suis pas du tout informée sur la question, et je ne voulais pas voter à la va-vite (...) On était à fond dans les études, sur la dernière ligne droite pour avoir notre année, donc la politique ça passe après. Ce qui est dommage, parce que c'est hyper important, mais j'avoue que là ça ne m'a pas touché. Cela aurait été bien d'aller voter, mais avec le covid, on a eu beaucoup de politique sur 2 ans... Et plus envie de liberté, de penser à autre chose. »

Les jeunes de 18 à 24 ans sont 87% à ne avoir voté dimanche
Crédit: Yann Launay

Le vote obligatoire

Devant cette tendance, qui n'est pas nouvelle, faut-il envisager de rendre le vote obligatoire, comme le font certains pays voisins de la France ? Quelques réponses d'électeurs lorientais :

"Après les gens, s'ils ne savent pas pour qui voter, ils vont voter blanc. Le vote blanc n'étant pas reconnu, je pense que ce n'est pas une solution. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, mais plutôt pousser les gens à le faire, en les sensibilisant un peu plus au devoir citoyen, en leur montrant l'intérêt de voter. Régionales ou pas, même si cela devenait obligatoire, je ne sais même pas si j'irais... Il y aurait des référendums où on peut s'exprimer, donner notre point de vue de la population d'en-bas, là oui, on y va. Cela dépend de ce qu'il en coûte de ne pas aller voter : si c'est un amende comme en Belgique, effectivement je pense que les gens iraient voter. Il y aurait peut-être plus de votes blancs, cela ne changerait peut-être pas grand-chose. Il faudrait trouver une solution pour que plus de gens aillent voter, il faudrait trouver un truc : un petit goûter, pourquoi pas ?"

Doit-on rendre le vote obligatoire face à l'abstention? La réponse des lorientais
Crédit: Yann Launay