La vaccination pour tous, et pour passer un bel été !

31 mai 2021 à 14h38 - Modifié : 31 mai 2021 à 15h16 par Dolorès CHARLES

vaccination - beaujoire
vaccination - beaujoire
Crédit: Cédric Mané

Une étape de plus pour la vaccination contre le Covid-19, elle est désormais ouverte à tous les majeurs (plus de 18 ans) depuis ce matin, sans maladie particulière ou problème de santé. Reportage au centre de la Beaujoire avec Cédric Mané.

Direction ce lundi le vaccinodrome de la Beaujoire à Nantes, qui accueille 3 600 personnes par jour cette semaine, contre 1300 à l'ouverture du centre mi-avril. Mais depuis l'annonce de cette ouverture à la vaccination à toutes les personnes de plus de 18 ans en France, jeudi dernier, les plateformes d'inscription ont été submergées de demandes, et ce n'était pas simple d'avoir un créneau. Résultat, Cédric Mané a croisé des personnes qui ont insisté sur les plateformes pour avoir un rendez-vous, et qui ont fini par trouver une place.

Parmi ces personnes quelques "filous" comme Thomas, 32 ans, qui admet avoir triché pour le confort de ses parents :

"On a entendu que ce serait possible à partir du 31 pour toute la population majeure, du coup en cochant "18 à 45 ans atteint d'une comorbidité" ce que nous ne sommes pas, on a bloqué un créneau pour le 31, en anticipant l'ouverture. On avait commencé à regarder pour avoir une dose du jour au lendemain, ce qui était peine perdue. Pourtant tous les jours on actualisait sur "vite ma dose" et les plateformes comme Doctolib, mais voilà."

Thomas
Thomas
Crédit: Cédric Mané

Un vaccin pour passer un bon été !

En France, l'épidémie recule et le nombre de patients atteints d'une forme grave de COVID, est passé sous la barre des 3 000 en soins critiques. Une première depuis la fin janvier (mais ils étaient 1 300 patients en réanimation il y a un an). La tension hospitalière dans ses services atteint 59% au niveau national, et 46% en Pays de la Loire. La barre des 25 millions de primo-vaccinés a été franchi dans l’Hexagone, 1,5 million dans la région ligérienne, et un coup d’accélérateur est donné ce lundi avec l'ouverture de campagne à tous les majeurs, sans maladie particulière.

Erwan, 26 ans, n'a pas eu à filouter. Il est le premier surpris mais cette vaccination, il la voulait tout simplement pour profiter de la vie pendant ses vacances d'été :

"C'est pour être tranquille pour les vacances, le côté fête tout ça. Sinon sans se faire vacciner il faut un test PCR, ou l'avoir eu, il faut s'isoler, etc. C'est plus simple et plus sûr de se faire vacciner. Le deuxième rendez-vous c'est pour la mi-juillet, il faut que je le prenne en partant, entre le 10 et le 12, et ensuite ça me laisse tout l'été. J'ai deux semaines de congés entre juillet et août, ça va me permettre de partir quelque part, en Italie ou en Espagne, je verrai bien si c'est possible".

Erwan
Erwan
Crédit: Cédric Mané

La fréquentation fluide

Au vaccinodrome de la Beaujoire, la fréquentation reste reste fluide malgré l'augmentation du nombre de personnes à vacciner. Les explications d'Annaïck Goarin, cheffe de ce centre nantais, avec Cédric Mané :

"Nous avons 3300 personnes inscrites, mais c'est fluide, les gens se font vaccinés dans les délais, en très peu de temps. Ça a augmenté, on est parti de 1300 vaccinations par jour, on est à 3300 aujourd'hui, 3600 en fin de semaine, et on était à 2600 la semaine dernière. On gère".

Annaïck Goarin, cheffe du centre de vaccination de Nantes
Annaïck Goarin, cheffe du centre de vaccination de Nantes
Crédit: Cédric Mané

Pour les mineurs, cela ne devrait pas tarder. Sur LCI, le "Mr Vaccin du Gouvernent" a parlé d’une question de jours pour les 16-17 ans. Quant aux jeunes de 12-15 ans, ils pourraient se faire vacciner d’ici la rentrée. Pour Alain Fischer, il n'est pour le moment pas question d'instaurer l'obligation vaccinale.