Affaire Steve Maia Caniço : la Ville bientôt entendue, le commissaire et l'ancien Préfet

18 juin 2021 à 6h34 - Modifié : 18 juin 2021 à 6h35 par Dolorès CHARLES

Fresque  Steve Maia Caniço
Crédit: Emilie Plantard

Dans l’affaire Steve Maia Caniço, la Ville de Nantes, le commissaire de police qui a décidé l'évacuation et le préfet de l’époque seront entendus prochainement, deux ans après le drame. Steve est mort noyé dans la Loire, en 2019. Steve participait à la fête de la musique, quand la police est intervenue pour faire couper le son sur le Quai Wilson, à l'aide de gaz lacrymogène.

Dans le cadre de l’information judiciaire ouverte pour homicide involontaire à la suite du décès de Steve Maia Caniço à Nantes le 22 juin 2019, les investigations se sont concentrées dans un premier temps sur la recherche des éléments techniques permettant de déterminer l’horaire et le lieu très précis de la chute de la victime dans la Loire. Suite à une reconstitution le 6 octobre dernier, les relevés ont permis de situer le moment de la chute du jeune homme dans l'eau, à 4 heures et 33 minutes, soit dans le temps de l'intervention de la police nationale (entre 4 heures 24 et 4 heures 52) faisant suite à sa prise à partie initiale violente par un groupe de personnes après la demande d'arrêt de la musique diffusée par des sound-systems.

La géolocalisation précise de Steve sur le quai Wilson au moment de sa chute n'a, a contrario, pas pu être techniquement établie. Les témoignages recueillis permettent cependant de la situer dans la zone dépourvue de barriérage concernée par quatre autres chutes concomitantes à l'intervention de la police.

Auditions

Le magistrat instructeur a par ailleurs délivré fin janvier 2021 une commission rogatoire à l’IGPN tendant notamment à réentendre ou entendre les personnes qui ne l’avaient pas encore été dans le cadre des premières investigations. Cela concerne notamment des personnels de la police nationale étant concernés par l’intervention en cause ou la gestion de l’ordre public le soir des faits, ainsi que les responsables préfectoraux et municipaux concernés par la préparation de l'évènement. Ces auditions ont été transmises au magistrat instructeur en mai 2021.

Une deuxième phase

La phase de recueil des témoignages et des éléments techniques permettant d'avoir une vision précise du déroulement des faits du 22 juin et des modalités de préparation de la fête de la musique est à ce stade globalement terminée. S'ouvre désormais la phase d''analyse des responsabilité pénales susceptibles d'être ou non retenues sous la qualification d'homicide involontaire. Dans ce cadre, le magistrat instructeur a adressé cette semaine différentes convocations pour le mois de juillet, pouvant aboutir à une mise en examen ou au placement sous le statut de témoin assisté, à six personnes physiques et deux personnes morales :

-s'agissant de la préparation de la manifestation et l’orientation des murs de son vers un site non sécurisé pour accueillir du public : 

o à la Mairie de Nantes et Nantes Métropole en qualité de personnes morales 

o au préfet de Loire Atlantique et au sous-préfet, directeur de cabinet du préfet en poste au moment des faits

o à Mme la Maire de Nantes et M. l'adjoint au Maire en charge de la sécurité au moment des faits

-s'agissant de l'intervention de la police nationale : 

o au directeur départemental de la sécurité publique de Loire Atlantique par intérim et au commissaire divisionnaire en charge du dispositif sur le Quai Wilson au moment des faits

S'agissant des deux autres informations judiciaires ouvertes (au sujet des violences subies par les policiers et de la mise en danger d'autrui (faisant suite à la plainte de « teufeurs »), elles bénéficieront des avancées et éléments de la présente information judiciaire qui est légitimement traitée de manière prioritaire s'agissant du décès d'une personne.

(Avec le communiqué du Procureur de Rennes)