Pays de la Loire

Xynthia : 10 ans après, La Faute relève la tête

27 février 2020 à 10h00 Par Emilie PLANTARD
Crédit photo : @Hit West

Dix ans après le passage de la tempête Xynthia qui avait fait 29 morts à La Faute-sur-Mer en Vendée, la petite ville balnéaire continue de soigner ses cicatrices. Après un golf et un jardin d’enfants, c’est un skate-park qui s’installe derrière la digue.

Il y a 10 ans, le 28 février 2010, les habitants de La Faute-sur-Mer découvraient l'horreur, un lotissement entierement noyé, dont on ne distingue parfois plus que les toits... Le bilan est lourd : 29 morts et 650 maisons à démolir sous ordre de l'Etat, laissant une cicatrice béante de plusieurs dizaines d'hectares.

Ces terrains en friche, la nouvelle municipalité, élue en 2014, a souhaité les réutiliser, grâce aux subventions de l’Etat. Un golf a donc été construit en 2017, puis un parc pour enfants et aujourd’hui, un skate-park, le plus grand de France, sur l'emplacement de l'ancien camping. Il pourra accueillir des compétitions nationales et internationales et pourquoi pas les entraînements pour les JO 2024. Laurent Huger est adjoint au maire de La Faute-sur-Mer, en charge de l'urbanisme :

Écouter le podcast

"Depuis 2 ou 3 ans on sait que le skate est discipline olympique. On s’est posés la question de savoir si il n’y avait pas un intérêt pour la Faute-sur-Mer de se mettre dans la compétition des villages qui peuvent devenir des villages d’entraînement olympique, parce que le skate est devenu olympique pour 2020. Donc il y a 3 parties, une partie très pro, une partie où n’importe qui peut s’éclater et une partie débutant. Et puis il y a une zone de street qui fait presque 3000 mètres, c’est phénoménal. C’est le seul skate Park de cette dimension qui ne soit pas couvert et qui soit gratuit."

Huget la faute.JPG (1019 KB)

Un golf en lieu et place du lotissement

Après la catastrophe, il fallait se relever, remettre en avant les atout de La Faute-sur-Mer. Ne pas oublier mais ne pas rester uniquement dans le souvenir douloureux.

Écouter le podcast

"Il ne faut pas dire « Cynthia il ne faut pas en parler. » Ça fait partie de l’histoire, et la résilience a besoin de ce devoir de mémoire. Pour autant, la Faute-sur-Mer, en 6 ans de travail, c’est devenue un golf de 9 trous, c’est le développement d’une école de kite-surf, c’est un wake-park, c’est des plages où on pratique le surf… C’est une adresse de sport de glisse, une vraie ville sportive la Faute."

Golf La Faute.JPG (1.11 MB)

L'ancien lotissement derrière la dune, devenu un golf 9 trous

Changer l’image était important, mais prendre conscience des risques et tirer les leçons du passé l’étaient encore davantage. Le plans de prévention des risques a donc été révisé rapidement, pour qu’une telle catastrophe ne survienne plus jamais. 

Écouter le podcast

"Tout le travail qui a été fait à La Faute-sur-Mer, il a été fait sur la sécurité, bien avant ce skate-park. Ce sont les digues, c’est aussi des moyens d’avertir donc ce sont des antennes de téléphonie mobiles qu’on a installées pour pouvoir prévoir tout le monde, des outils informatiques et des robots qui permettent de prévenir tout le monde aussi, et la création d’un réseau de vigilance, un réseau de voisinage, qui est là pour s’assurer que tout le monde a bien été averti, est-ce que ceux qui ont du mal à se déplacer pourront être assistés pour aller sur les points de sécurité sur la commune ?"

Une commémoration sera organisée le dimanche 1er mars à La Faute-sur-Mer, par la mairie, la préfecture et les associations de victimes. Le rendez-vous est donné à 10H30 au skate-park.

Vous pouvez écouter les témoignages en longueur avec le Focus de Sur place ou à Emporter, diffusé le 21 février dernier.