Visitez les vergers et les cidreries cet été !

4 août 2020 à 11h00 par Dolorès CHARLES

Déambuler dans les vergers de pommes cet été, et visitez les cidreries ! Vous découvrirez comment les producteurs travaillent. Pressoirs, cuves de fermentation, lignes d'embouteillage, étiqueteuse⬦ Une visite instructive et familiale, à l'heure où les consommateurs sont à la recherche d'un tourisme culturel, gastronomique et patrimonial ! Reportage de Dolorès Charles.

HIT WEST
Crédit: Dolorès Charles (Hit West)

Comme les brasseurs (bière) ou les viticulteurs (vins), les producteurs de cidre en Bretagne et cidre de Loire ont souffert du confinement. Avec les crêperies fermées de mars à juin, et plus largement toute la filière du CHR (Cafés, Hôtels et Restaurants), les cidreries ont conservé leurs stocks... Aujourd’hui l’activité repart, mais avec la récolte de pommes qui arrive, il est crucial de vider les cuves pour les remplir à nouveau. Dolorès Charles s’est rendue à la cidrerie Kerisac, installée depuis 1920 sur trois hectares dans le bourg de Guenrouët, en Loire-Atlantique. Le directeur commercial Laurent Guillet :


Écouter le podcast


« Certains (cidriers) ont perdu jusqu'à 90% de leur chiffre d'affaire pendant une période assez longue et pour ceux-là forcément cela sera plus compliqué que pour une structure plus importante et qui travaille, comme nous il faut le reconnaître, avec la grande distribution. Pour autant, on a souffert, on va passer le cap, tant mieux on a des réserves, mais cela va être compliqué... Ce que l'on ne voulait surtout, c'est le le deuxième effet, c'est-à-dire de dire à nos producteurs de fruits à cidre, je ne prends pas tes pommes parce que je peux pas les mettre. Ca veut dire qu'en même temps, on aurait mis à bas des producteurs de fruits à cidre, pour lesquels certains vivent grâce à ça, c'est une grosse partie de leurs revenus. »


IMG_3227.JPG (1.30 MB)


@DolorèsCharles - stock de palettes


Une aide de l'Etat pour la méthanisation


L’Etat a accordé également une aide de 5 millions d’euros à la filière cidricole et l’exonération de charges sociales. Laurent Guillet a aussi la casquette de vice-président de la Maison Cidricole de Bretagne, et des Cidres de Loire :


Écouter le podcast


« Le jus, qui est toujours dans nos cuves parce qu'il n'a pas été mis en bouteille et donc vendu, ce jus-là est toujours présent, et c'est vrai que la campagne de fruits à cidre va arriver en plus très tôt cette année, certainement fin août - début septembre, et que ces fruits vont être bons à presser pour obtenir les jus de la nouvelle récolte, et là malheureusement les cuves sont encore pleines. Il y a un souci… Par rapport à cette situation, nous avons avec la Maison cidricole de Bretagne et les autres régions cidricoles de France dont les Pays de la Loire et la Normandie une démarche avec notre inteprofession (Unicid) au niveau national avec le ministère de l'Agriculture (*) pour demander des aides, pour nous permettre de déstocker ces jus et recevoir les jus de la nouvelle récolte... »


(*) Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a répondu en partie à la demande de la filière et compte subventionner la méthanisation de 100 000 hectolitres de cidre à hauteur de 5 millions d'euros. La filière réclame maintenant la relance de la communication autour des produits cidricoles.


IMG_3232.JPG (861 KB)


Laurent Guillet @DolorèsCharles


Pour vider les cuves, deux solutions la méthanisation pour produire des bioénergies ou le compostage, car la méthode de distillation n’était pas possible ici dans l’Ouest. Laurent Guillet, directeur commercial chez Kerisac :


Écouter le podcast


« Il avait été envisagé dans un premier temps la distillation, mais c'est vrai que les outils de distillation étant plutôt basés sur les régions viticoles du Sud / Sud-Ouest, et en plus surchargés parce que les viticulteurs ont aussi des problèmes comme nous, on s'est retranché vers un autre procédé, validé par le Ministère de l'Agriculture, de méthanisation ou de compostage. La méthanisation, c'est intéressant parce qu'il y a beucoup d'outils en Bretagne, en Normandie ou en Pays de la Loire, donc on peut assez facilement utiliser nos jus dans ces moyens pour obtenir de la bioénergie. C'est un moyen propre et intéressant pour utiliser ce surplus de jus ! »


Les cidreries ouvertes cet été


Pour Laurent Guillet, directeur commercial de la société, qui fête cette année ses 100 ans, les touristes comme les locaux doivent soutenir la filière en consommant local, ou en visitant les cidreries cet été :


Écouter le podcast


« Les vacanciers fréquentent les crêperies, peut-être pas autant qu'on aimerait, mais il y a quand même une fréquentation sur notre belle région, c'est important, et puis (il y a) aussi la visite chez nos producteurs de cidre, pour ceux qui ont la chance d'avoir un verger et un outil qui se visite, avec aussi des boutiques qui sont sur place dans les cidreries. Cela permet tout de suite de voir les produits proposés par le producteur, et puis globalement comme nous les produits sont disponibles dans tous les magasins de grande distribution ou de proximité, cela permet de penser et de consommer local ! C'est ça qui est important. »


CARTE-BRETAGNE-CIDRES.jpg (34 KB)


La Bretagne compte 2500 hectares de vergers. Les visites sont ouvertes aux individuels ou aux groupes, gratuitement ou contre une participation modeste. Les exploitants ouvrent leurs fermes et leurs ateliers de fabrication pour faire découvrir leur activité, de la pomme au cidre. La plupart du temps, une dégustation est proposée et les produits sont disponibles sur place, en vente directe.


Les 100 ans reportés :  A la cidrerie Kerisac, les festivités du centenaire (1920) annulées en juin, sont reportées à l’automne. L’entreprise qui a investi dans de nouvelles cuves cette année, doit aussi inaugurer une nouvelle presse, plus puissante en extraction de jus.


Sans titre.png (569 KB)


Toutes les informations sur :
https://www.kerisac.com/
www.maisoncidricoledebretagne.bzh


lescidresdeloire.com/