Bretagne

Vincenzo Vecchi devant la cour d’appel administrative

13 août 2019 à 17h18 Par Emilie PLANTARD
Le comité de soutien de Vincenzo Vecchi
Crédit photo : Comité de Soutien Vincenzo

Ce mercredi 14 août à 11H, la cour d’appel administrative devra statuer sur l'extradition de Vincenzo Vecchi, cet altermondialiste condamné à 13 ans de prison en Italie. Les membres de son comité de soutien retiennent leur souffle.

Condamné en 2012 à 13 ans de prison suite à une manifestation anti-fasciste à Gennes en 2006, l’activiste Vincenzo Vecchi était depuis en fuite et activement recherché par la police italienne. Il a été interpellé le 8 août dernier à son domicile de Malansac dans le Morbihan, où il vivait depuis 8 ans. Rapidement, ses amis, surpris de découvrir cette histoire, ont constitué un comité de soutien pour porter sa défense. Jean-Pierre est un des membres du comité :

Écouter le podcast

"Ce qui nous réunit dans ce comité de soutien c‘est qu’on est ses amis. Nous on a connu un mec sur le territoire sympa comme tut, une belle personne, pas du tout violent, discret, on peut maintenant comprendre pourquoi. On avait des relations humaines avec lui comme avec n’importe qui sur le territoire, tout simplement. Ça a été la sidération, l’émotion et puis est-ce qu’on ne pourrait pas s’organiser… Des réactions très humaines en fait. On veut surtout qu’il ait du temps pour organiser sa défense. Après s’il est coupable, il est coupable. On n’est pas là-dessus. On veut qu’il ait le temps d’assurer sa défense et pourquoi pas essayer qu’il se sorte de cette histoire. On veut juste aider un ami."

Une extradition redoutée vers l'Italie

L’activiste italien était en cavale depuis 2001, date de sa première condamnation après de violentes manifestations en marge du G8 de Gennes. Deux mandats d’arrêts couraient sur l’homme d’une quarantaine d’années et c’est donc la brigade nationale de recherche des fugitifs qui a fini par lui mettre la main dessus. Déféré le 9 août dernier devant la cour d’appel de Rennes, il est incarcéré depuis. Il comparaîtra ce mercredi devant la chambre d’instruction qui ordonnera ou non, son extradition.

Au café de la pente de Rochefort-en-Terre, le café associatif où Vincenzo était bénévole, on craint de voir repartir l’ami dans une Italie actuellement déstabilisée par le ministre de l’intérieur d’extrême droite Matteo Salvini.

Écouter le podcast

"En fait il a été jugé sous une loi italienne qui date de 1930 et qui permet de mettre en prison et d’infliger une peine de 8 à 15 ans pour une participation à une manifestation. 13 ans de prison pour avoir participé à 2 manifestations il nous semble que c’est disproportionné. C’est une histoire politique d’un altermondialiste qui était au mauvais endroit au mauvais moment, nous on l’analyse un peu comme ça et on veut tout faire pour éviter son extradition en Italie. On parle d’un antifasciste avec Salvini en ce moment au gouvernement donc nous on veut qu’il ne soit pas extradé en Italie, on avait très peur qu’il le soit très rapidement et c’est ce qu’on veut éviter surtout."

Le comité de soutien appelle à se réunir devant la cour d’appel administrative, place du parlement à Rennes, à 11H ce mercredi matin mais souligne l’importance d’une présence silencieuse et sans provocation, afin de ne pas nuire à Vincenzo Vecchi.