Une solution pour les migrants du square Daviais ?

11 septembre 2018 à 2h22 par Dolorès CHARLES

A quand une solution pour les migrants du square Daviais de Nantes, installés sous des tentes de fortune.

HIT WEST
Square Daviais
Crédit: Dolorès Charles
Une table-ronde sur "l’intégration des migrants par le travail" aura lieu ce vendredi à Nantes, alors que des dizaines d’entre eux dorment sous tente depuis des mois, square Daviais, à deux pas de la place du Commerce. La réunion se tiendra dans les locaux de la Chambre de commerce. Deux pétitions en ligne pour demander des places en urgence approchent ce matin les 8 000 et les 4 000 signatures.

A l'origine de cette table-ronde, la députée Valérie Oppelt qui aimerait réunir l'ensemble des personnes concernées à ce rendez-vous, pour envisager une solution à long terme. A court terme, l'élue de Loire-Atlantique salue le travail de la Préfecture à la recherche de logements de droit commun, avec les bailleurs privés et publics. Les précisions dans ce communiqué ci-dessous.

Communiqué complet :

"Square Daviais : deux députées de Nantes réagissent

« Affirmer que des places d’hébergements supplémentaires dans les CADA constituerait LA solution à cette crise est faux. »
Nantes fait face à une situation humanitaire inquiétante liée à l’accueil des migrants. Pourtant l’État est pleinement engagé sur cette problématique, et se mobilise au quotidien pour trouver des solutions.

Un camp de fortune installé square Daviais compte à ce jour plus de 500 migrants vivant dans des conditions de santé et de salubrité préoccupantes.
Nous rappelons que les services de l’État développent le parc d’hébergement sur tout le territoire. En région des Pays de la Loire, le nombre de places du dispositif national d’accueil (DNA), qui inclut les centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA), a augmenté en 3 ans de plus de 87%. Nous parlons donc d’un peu plus de 2300 places supplémentaires.

Affirmer que des places d’hébergements supplémentaires dans les CADA constituerait LA solution à cette crise est faux.
Actuellement, le problème réside dans la saturation du dispositif national d’accueil existant qui est normalement destiné aux seuls demandeurs d’asile. Les personnes ayant obtenu le statut de réfugié n’ayant, théoriquement, plus vocation à rester dans ce dispositif devraient intégrer des logements de droit commun.

Nous nous sommes assurées de la mobilisation des services de la Préfecture pour recréer du flux et libérer des places au sein des CADA en accédant à des logements dans le parc immobilier public et privé.

Convaincues que la problématique du logement est étroitement liée à celle du travail, nous appelons à une plus grande concertation entre les acteurs politiques, économiques, administratifs et associatifs impliqués dans cette crise.
À cet effet, une table ronde sur l’intégration des migrants par le travail, organisée par Valérie Oppelt, aura lieu le 14 septembre 2018 à Nantes.
Sortons des postures politiciennes.
Agissons ensemble !

Valérie Oppelt, députée de la 2e circonscription de Loire-Atlantique
Aude Amadou, députée de la 4e circonscription de Loire-Atlantique."




Pour la première lancée par Eric Chalmel (le dessinateur Frap) et adressée à Emmanuel Macron, "Appel de Nantes à l’Etat Français", signez ici !
Pour la seconde pétition, c'est ici !