Une pilule contre le chagrin d'amour

28 février 2019 à 14h07 par Katell LAGRE

Ce n'est pas une blague ! C'est même très sérieux. C'est un psychiatre canadien, Alain Brunet, qui est à l'origine de cette pilule surnommée "pilule de l'oubli".

HIT WEST

La molécule, le Propranolol, a été testée sur plusieurs victimes des attentats du 13 Novembre et ça a donné de bons résultats.

Écouter le podcast

Quel est le rapport avec le chagrin d’amour ?

En fait, le Propranolol est un médicament bêtabloquant qui a un effet sur nos émotions. Il aide à lutter contre l'anxiété ou le stress et, associé à une thérapie, il peut aider les personnes souffrant de stress post-traumatique.
Et pour le psychiatre en question le chagrin d’amour peut, chez certaines personnes, engendrer un trouble de l'adaptation, au même titre que le stress post-traumatique.
Ce sont des pensées répétitives, une envie dévorante de pleurer, des nausées, de la détresse.
C'est à ces patients que le médicament serait destiné.

Comment ça fonctionne ?

La méthode est simple : une fois par semaine, pendant six semaines, le patient prend un comprimé pendant son rendez-vous avec son thérapeute et il écrit son souvenir sur un papier. Une heure plus tard, il lit ce qu'il a écrit au psychiatre.
La pilule fait alors effet : la douleur est toujours là mais elle est moins vive …

Et c’est pour quand ?

Très prochainement : le docteur Brunet est en train de former des médecins français.
Au Canada, le médicament est déjà accessible encadré par un psychologue ou un psychiatre.