Une étude sur le bruit à Lorient

25 février 2019 à 14h28 par Katell LAGRE

Trois villes dans le monde ont été retenues pour une étude expérimentale sur le bruit, et parmi ces trois villes, on trouve Lorient...

HIT WEST

A partir de la semaine prochaine, des capteurs sonores vont être installés dans une partie des rues de la ville morbihanaise, pour enregistrer le bruit ambiant...

Mais pourquoi Lorient ? La réponse de Laurent Tonnerre, adjoint au maire en charge de l'environnement :

Écouter le podcast
"On a une ambition de lutte contre la pollution : pollution de l'air, pollution visuelle, déchets, et la pollution sonore. Nous siégeons dans des groupes de travail, dans des programmes européens, qui nous ont fait rencontrer des industriels, des porteurs de projets, et tout naturellement ils nous ont proposé d'être un terrain d'expérimentation sur cette nouvelle technologie de capteur sonore très performant.."

Dans le cadre de ce projet baptisé "CENSE" - pour Caractérisation des environnements sonores urbains - ce sont pas moins de 124 capteurs qui vont être déployés dans les rues de Lorient :

Écouter le podcast
"Nous mettons à disposition nos mâts, sos lampadaires, dans le centre-ville : on aura des petits capteurs, à peu près à 5 m de haut, qui vont ensuite transmettre leurs données par radio. C'est un capteur sonore très sensible capable de discernement entre le bruit des goélands, le bruit de l'animation festive, de la circulation, des travaux.."

Le coût des capteurs sonores et de leur installation (3 millions d'euros) n'est pas à la charge de la ville de Lorient, mais financé notamment par l'Agence Nationale de la Recherche. Les données seront transmises en temps réel automatiquement au centre d'analyse, basé à Nantes. Objectif : établir des cartes du bruit...

... et rapprocher ces cartes avec le ressenti des habitants. Pour mesurer ce ressenti, un questionnaire a été envoyé à une partie des lorientais :

Écouter le podcast
"Tous les riverains concernés par le périmètre (plusieurs milliers) ont reçu un questionnaire, pour connaître leur point de vue sur les nuisances sonores au quotidien, qui permettra de croiser les points de vue avec les données scientifiques que l'on aura, pour avoir une photographie fidèle de la réalité.."

L'installation des capateurs sonores démarre la semaine prochaine. L'étude sera menée jusqu'à fin 2020.

Reportage de Yann Launay.