Un recours déposé contre un projet d'extension de poulailler à Plaudren

24 juillet 2020 à 2h19 par Dolorès CHARLES

Les projets de poulaillers géants se multiplient en Bretagne. Ce jeudi, le collectif de Plaudren contre le projet d'extension du poulailler au lieu-dit Le Mené, a déposé un recours au Tribunal administratif de Rennes. Une manifestation a eu lieu en soirée à Vannes.

HIT WEST
Crédit: Pixabay

Ces projets de poulaillers géants passent décidément mal en Bretagne : un recours a été déposé hier auprès du tribunal administratif de Rennes contre un projet d'extension de poulailler à Plaudren, dans le Morbihan. Un projet qui a obtenu le feu vert du préfet, et qui porterait la capacité de la ferme à 178 000 poulets, dans 6.000 m² de bâtiments. Un collectif d'opposants dénonce une étude d'impact insuffisante et une enquête publique partiale. Pour Françoise Rubion, membre du collectif, ce type d'élevage industriel a des répercussions négatives à l'autre bout de la planète, tout en se cachant derrière une étiquette de production locale :

Écouter le podcast

"Le porteur de projet nous indique qu'il s'agit d'une filière locale, argument que reprend le commissaire enquêteur, parce que les aliments pour les volailles seront fabriqués en Bretagne... Mais à partir d'ingrédients de base qui proviennent d'Amérique du sud : le soja viendra du Brésil... Ces importations sont aussi la source de déforestation en Amazonie... De la même façon, les effluents produits sur le site seront pour une part épandus, et pour une part exportés ailleurs en France, donc un bilan carbone très élevé... On ne peut pas parler de filière locale..."

Le double jeu de la région Bretagne

Le collectif à l'origine du recours dénonce le double jeu la région Bretagne, qui incite au développement de ce type d'élevages industriels :

Écouter le podcast

"Les élus de la région Bretagne peuvent avoir de très beaux discours, indiquant qu'il faut mettre en place une agro-écologie... Mais en même temps, cette région Bretagne subventionne des projets d'une agriculture productiviste : par exemple sur ces poulaillers, il y a une centaine de projets dans les cartons, et chacun pourrait bénéficier de 50 à 70 000 euros de subventions... On se situe dans ce cadre régional : un recours a été déposé à propos du poulailler de Langoëlan, un recours pour Neant sur Yvel, ici un recours à Plaudren. On déposera des recours parce qu'on veut enrayer dés maintenant ce plan volaille de la Bretagne..."

Les syndicats agricoles dénoncent un agri-bashing

De leur côté, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs du Morbihan dénoncent un agribashing : pour eux "tout les projets sont bons dès lors qu'ils respectent les règles". Les deux syndicats exhortent les agriculteurs à "ne pas céder et baisser les bras devant tous ces détracteurs qui ne connaissent pas nos métiers". La réponse de Françoise Rubion :

Écouter le podcast

"Je ne jette pas la pierre individuellement à des personnes, c'est un système que je combats... Je me sens légitime dans ce combat parce que cela concerne l'air que je respire, ce que je mange, le monde dans lequel je vis, dans lequel vivront mes enfants, ce débat ne doit pas être réservé à quelques techniciens, on a tous, citoyens, notre mot à dire là-dessus... Nous ne sommes pas contre les élevages, mais avec 30 poulets par m², je ne vois pas comment on peut faire du poulet de qualité..."

Quelque 90 opposants au projet se sont réunis hier soir, devant la préfecture. Et toujours à Vannes, les Jeunes Agriculteurs du Morbihan ont organisé un contre-feu avant la manifestation des opposants hier. Pour eux, c'est "l’avenir de la filière avicole est en jeu". D'autres projets de "poulaillers géants" sont contestés  en Bretagne à Langoëlan, Néant-sur-Yvel et Trédion.