Un jour avant les élèves : la rentrée des profs!

1er septembre 2020 à 5h33 par Alexandra BRUNOIS

Un jour avant les élèves, les enseignants ont fait leur rentrée hier dans l'Ouest comme partout en France. Au lycée professionnel Bertrand Du Guesclin, à Auray, les enseignants ont préparé l'accueil de 400 élèves, dont près de 200 en internat. Des jeunes venus de toute la Bretagne, pour se former aux métiers d'art. Reportage de Yann Launay

HIT WEST
Crédit: Yann Launay

Pour la rentrée, les distributeurs de gel hydroalcoolique ont été installés dans les couloirs, et des bouteilles de désinfectant équipent toutes les salles : le protocole est maintenant clair et précis, comme l'explique la proviseure, Isabelle Léger :

Écouter le podcast
"Un élève qui arrive sur machine ne peut pas savoir si l'élève précédent a nettoyé comme il faut, donc on a pris le parti que ce soit l'élève qui arrive qui fasse sa désinfection. Le masque est obligatoire dès le passage de la grille, en toutes circonstances, et pour tout le monde, y compris à l'internat jusqu'au coucher le soir. On ne s'attend pas à ce que ce soit compliqué : c'est aussi comme ça dans la vie de tous les jours, de plus en plus le masque est obligatoire partout, donc chez nous aussi..."

Isabelle Léger ne le cache pas : le protocole sanitaire sera particulièrement exigeant pour les élèves en internat :

Écouter le podcast
"Pour les nouveaux à l'internat, on a autorisé qu'un parent vienne avec eux pour les installer, mais pour les anciens, on a demandé aucun accompagnateur. On a 6 dortoirs, à chaque étage il y a du gel. Dans les chambres, ils sont 3 au maximum, donc l'idée c'est que chacun ait ses espaces, et le masque est gardé jusqu'au coucher..."

PRERENTREE 2020 LYCEE PRO DU GUESCLIN AURAY BOUTEILLE GEL.jpg (248 KB)

DES ENSEIGNANTS IMPATIENTS

Au lycée Du Guesclin, les professeurs n'avaient plus fait cours, en présentiel, depuis 6 mois : le lycée avait fermé dès le 02 mars, pour cause de cluster local. Alors dans quel état d'esprit sont les enseignants, à la veille de cette rentrée particulière ? La réponse de Claire Jaouen et Sandrine Carpentier, professeures d'arts graphiques et d'arts appliqués :

Écouter le podcast
"On a hâte de retrouver les élèves, parce qu'il y a eu un grand creux, mais toujours un peu inquiets : on a du matériel partagé, il va falloir désinfecter à chaque fois, désinfecter les mains, garder le masque, bien le porter... Il va falloir parler plus fort en cours, et essayer de reconnaître les élèves avec leur regard, cela ne va pas être facile avec les primo-arrivants... On espère que cela ne va pas mettre une barrière en tre nous, mais bon, je pense qu'on va y arriver..."

De son côté, Eric Decaux, en charge de la section visuelle plurimedia, est particulièrement impatient d'accueillir les élèves

Écouter le podcast
"On est contents de les retrouver. En espérant que tout se passe bien. On va tout faire pour. Je pense que les élèves sont responsables : ils ont envie de revenir aussi, eux... Une classe, c'est aussi un groupe : l'interaction entre des personnalités différentes... Chacun chez soi pendant le confinement, il a manqué ça... Certains se sont retrouvés bien seuls. On a pu avoir des relations pratiquement au quotidien avec les élèves, mais chacun chez eux... Donc là ils vont être heureux de se retrouver ensemble... Et nous aussi..."

PRERENTREE 2020 LYCEE PRO DU GUESCLIN AURAY PROF ARTS GRAPHIQUES.jpg (273 KB)

FOCUS SUR LES DIFFICULTES DES ELEVES

Malgré cet éloignement de 6 mois vécu par les élèves, Isabelle Léger souligne que les cas de décrochage restent rares, et tout a été mis en place pour repérer les difficultés :

Écouter le podcast
"En juin, on a proposé des rendez-vous individuels à tous les jeunes, et cela a eu un gros succès : les jeunes, même habitant très loin, sont venus. Il est prévu, dans l'accueil, avec le professeur principal, une heure de "debriefing" de la période confinement et des difficultés rencontrées, pour poser de bonnes bases et savoir où chacun en est..."

Bien sûr, les élèves de l'année passée ont manqué de pratique, mais pour Stéphanie Poupon, prof de marchandisage visuel, les lacunes ne sont peut-être pas aussi grandes qu'on aurait pu le redouter :

Écouter le podcast
"Je pense qu'on a réussi pendant le confinement à garder le contact avec les élèves : des réalisations ont été faites à distance, ce sont les moyens qui ont changé... En fait je me dis que l'on est dans une filière professionnelle : les élèves ont été baignés peut-être plus rapidement que d'autres promotions dans la réalité du monde du travail : il faut s'adapter, sur le terrain, rien n'est figé..."

PRERENTREE 2020 LYCEE PRO DU GUESCLIN AURAY PROF EBENISTERIE.jpg (341 KB)