Pays de la Loire

Un business game pour de futurs acteurs de l'immobilier à Nantes

27 février 2019 à 06h59 Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : Pixabay

A Nantes, il existe une Ecole Supérieure des Professions Immobilières : c’est l’ESPi et elle vient de déménager ses locaux de la Tour Bretagne au Nord de la ville. L’occasion pour le Club Immobilier Nantes Atlantique (CINA) de lancer un Business Game avec les étudiants.

Pour la 4ème année, le CINA lance en effet un Business Game avec les 36 étudiants de Master 2 Promotion et Aménagement. Ces futurs acteurs de l’immobilier ont pour mission de réinventer la place Bretagne en 3 mois, en tenant compte des commerces, des bureaux et des logements, des contraintes aussi concernant l’urbanisme et des différentes législations. Ce Business Game est un exercice à taille réelle pour les étudiants, et un recueil d’idées nouvelles et de suggestions de la part d’une jeune génération portant un regard neuf sur l’urbanisme de demain, pour Philippe Josse, Vice-président du Club Immobilier Nantes Atlantique, rencontré par Emilie Plantard.

Écouter le podcast

« Dans une croissance ininterrompue sur la démographie de la métropole, de l’emploi, ces nouvelles générations vont pouvoir plus appréhender les questions de mobilité, d’information et de communication puisqu’ils sont dans ce monde de l’information permanente donc de dessiner des choses nouvelles qui répondront mieux aux attentes des professionnelles qui doivent eux-mêmes avoir des produits qui répondent aux attentes des citoyens »

Nantes, un terrain de jeu formidable

Nantes est un terrain de jeu extraordinaire pour ces futurs grands acteurs du marché immobilier. La ville a la particularité d’avoir 1 fleuve et 2 rivières qui la traversent, mais également d’avoir du foncier libre sur l’île de Nantes et donc d’offrir des perspectives de construction de logements neufs à prix abordables. Parallèlement à cela, la ville est très attractive et nécessite de construire 6000 logements neufs chaque année. Un défi difficilement relevable et qui a pour conséquence l’augmentation des prix, par mécanisme de l’offre et de la demande. Cette problématique a une conséquence directe et visible : l’éloignement des familles pour Philippe Josse.

Écouter le podcast

« Par rapport à un budget et une attente en terme de surface, le risque est que les familles peuvent être amenées à partir sur des périphéries plus ou moins lointaines. Donc ce qu’on retrouve sur un étalement urbain qui n’est pas souhaité puisqu’il faut refaire la ville sur la ville, ça provoque des questions budgétaires qui sont au cœur des revendications des gilets jaunes, le coût de la mobilité, quand on doit s’éloigner à 20 ou 30 km de son lieu de travail. »

"La ville de demain ne ressemble assurément pas à celle d’hier"

Futurs promoteurs, responsables fonciers, chargés de clientèle ou chargé d’opérations immobilières, ces étudaints imagineront les villes demain et surtout les prochains programmes immobiliers en fonction des attentes des politiques et des habitants. Enjeu difficile car ces attentes ne sont pas les mêmes. Mobilité, écologie, budgets… Les difficultés sont nombreuses. La ville de demain ne ressemble assurément pas à celle d’hier.

Écouter le podcast

« La ville de demain risque d’être dense puisqu’il faut faire avec la nécessité d’économie d’énergie. Je trouve que dans les nouvelles opérations on tient compte des maillages avec des communications piétonnes, des cours, des espaces verts qui inciteront les gens à partager les lieux. Des rez-de-chaussée non affectés pourront devenir des salles de réunion ou un espace de jeux, certaines opérations à Nantes sont déjà équipées de serres, de jardins partagés, de terrasses partagées et c’est très bien si ça correspond aux attentes de l’usager. »

Nantes comme Rennes fait partie des 10 villes les plus chères de France. Toutes les infos sur l'école ici !