Bretagne

Timide mobilisation des pro-bretons à Nantes

29 septembre 2019 à 14h45 Par Dolorès CHARLES
Manifestation des pro-bretons (septembre 2019)
Crédit photo : Ronan Le Mouhaer (Hit West)

Les partisans de la réunification de la Bretagne toujours mobilisés mais peu nombreux hier dans le centre-ville de Nantes, pour demander un référendum. Le reportage de Ronan Le Mouhaer, et l'interview du géographe Jean Ollivro avec Yann Launay.

Manifestation timide ce samedi après-midi à Nantes des partisans d’une Bretagne à 5 départements. Environ 500 personnes se sont retrouvées devant le château des Ducs avant de défiler dans les rues de la ville. Principale revendication : le retour aux frontières historiques de la région. Les manifestants ont aussi réclamé davantage de pouvoirs pour les collectivités locales. À quelques mois des élections municipales, les militants souhaitent que le sujet soit débattu par les candidats.

Écoutez Gaël Roblin, membre de la gauche indépendantiste, au micro de Ronan Le Mouhaër.

Écouter le podcast

""... Avant qu'il y ait un référendum en Bretagne, il faut qu'il y ait un maximum de consultations populaires, à l'échelle municipale et les candidats aux municipales peuvent tout à fait s'impliquer dans un processus citoyen, participatif, le financer pour qu'enfin les gens décident quelle compétence on veut maîtriser ici en Bretagne. On voit bien que le derby entre Nantes et Rennes était too much pour un certain nombre d'élus des conseils départemental et régional qui sont allés faire des pressions pas très discrètes sur les dirigeants du FC Nantes. Moi ce que je remarque en tant que Guingampais, c'est que les supporters du FCN ne sont pas dupes et ils ont défendu haut et fort les couleurs de la Bretagne."

Match retour à Rennes

Et le match retour de la manifestation est d’ores et déjà annoncé, ce sera en mars prochain à Rennes, avant les échéances électorales. Ewan Thébaud, membre de la Coordination démocratique bretonne, avec Ronan Le Mouhaër.

Écouter le podcast

"...On n'a toujours refusé la réunification de la Bretagne malgré des décennies de lutte, nous on veut décider en tant que bretonnes et bretons les limites administratives de notre pays qu'est la Bretagne. L'association Bretagne Réunie a interpellé les listes qui se présentaient aux municipales à Nantes afin de se positionner et d'organiser un débat autour de la question de la réunification. On voit qu'il y a une volonté du mouvement pour la réunification d'inscrire cette revendication à l'agenda politique. On appellera à une manifestation au mois de mars à Rennes, avant les élections municipales et régionales qui auront lieu l'année prochaine."

Un premier débat sur la question, organisé par l’antenne nantaise d’Europe Écologie Les Verts est d’ailleurs prévu le 16 octobre à la Maison des syndicats à Nantes.

Dans le cortège, il y avait aussi dans les têtes le dernier match Nantes-Rennes et l’absence remarquée du FC Nantes parmi les signataires de la charte des derbys bretons. Écoutez Pierre, un manifestant qui arborait samedi un drapeau breton vert et jaune.

Écouter le podcast

"... c'est un drapeau breton avec les couleurs du FC Nantes. L'identité bretonne du FC Nantes a toujours été portée par les supporters, et c'est la voix qui compte c'est la voie populaire... On veut montrer qu'on est là, qu'ici c'est la Bretagne..."

Pour rappel Bretagne Réunie n'appelait pas à défiler samedi, ce qui explique sans doute en partie la faible mobilisation. Pour autant les militants pro-bretons sont encouragés par les résultats d'un récent sondage, qui montre que 47% des Bretons interrogés sont favorables à la réunification (31% contre). En Loire-Atlantique, la proportion d'habitants favorables au rattachement monte même à 53%.

image4.jpeg (2.27 MB)

@RonanLeMouhaer

L'analyse de Jean Ollivro

Jean Ollivro est géographe à l'université de Rennes 2 et il défend la réunification. Pour lui, ce sentiment d'appartenance bretonne qui s'exprime en Loire-Atlantique ne disparaîtra pas. Il répond à Yann Launay.

Ecoutez Pierre Ollivro 1

"Dans un monde de vitesse, de turbulences, les gens ont de plus en plus envie d'être de quelque part... Ils reviennent aux fondamentaux de leur histoire, de leur identité : ils se rendent compte que dans leur département, il y a des "Montoir de Bretagne", des "Place de Bretagne", des "Tour Bretagne"... La toponymie a ancré des choses qui, qu'on le veuille ou pas, existent, et tout cela est aussi utile pour quelque part monter sur les épaules des anciens, pour mieux voir. Prendre en compte le temps long des sociétés humaines, l'Histoire, l'identité, la nature, pour essayer de progresser..."

Pour Jean Ollivro, la Bretagne à 5 départements ne relève ni d'un passéisme, ni d'une chimère, parce qu'en fait cette Bretagne à 5 départements existe déjà :

Ecoutez Pierre Ollivro 2

"Depuis 1804, par exemple, la Cour d'appel de Rennes est sur les 5 départements. Quand on regarde au XXème siècle, on voit par exemple que l'écologie est partie tout de suite sur les 5 départements : la première association écologiste de France est née en Bretagne : c'était la SEPNB, ils ont choisi les 5 départements bretons. Et on a plein d'exemples qui se sont ajoutés depuis, dans le domaine économique, par exemple, avec "Produit en Bretagne" qui dans ses statuts est sur 5 départements, avec de nombreuses entreprises de Loire-Atlantique, comme le sel de Guérande, qui fonctionne sur l'image de la Bretagne..."

Deux villes concurrentes Nantes et Rennes ?

Mais si la réunification devait se faire, n'y a-t-il pas un risque de se retrouver avec deux capitales concurrentes : Rennes et Nantes, et l'une des deux villes ne risquerait-elle pas d'en pâtir ? :

Ecoutez Pierre Ollivro

"Quand on regarde les profils de décision, les fonctions stratégiques, on se rend compte que les deux villes sont extrêmement complémentaires : Rennes est un peu plus terrienne, plus européenne, elle est plus dans les fonctions universitaires, et juridiques. Alors que Nantes est plus maritime, plus internationale, avec des fonctions stratégiques beaucoup plus commerciales et industrielles."

Que deviendra la région Pays de la Loire ?

Mais si un jour la Loire-Atlantique rejoint la Bretagne administrative, que deviendront les autres départements des Pays de la Loire ? Pour Jean Ollivro, ce serait l'occasion de remodeler des régions plus cohérentes dans l'Ouest, même s'il concède que pour des départements comme la Mayenne ou la Vendée, les choses ne seraient pas si simples.

Ecoutez Pierre Ollivro 4

"La Mayenne a toujours été un département de marges, avec une partie qui regarde plus vers les Bretons, une partie qui regarde vers la Normandie, une partie qui est val de Loire, c'est compliqué... Les Vendéens ont une identité extrêmement forte, et dans le découpage actuel, ils se retrouvent dans une zone qui ne leur convient pas trop.. Il y avait l'idée de former un ensemble Vendée-Poitou-Charentes, pour avoir une région intermédiaire, parce qu'aujourd'hui la région Nouvelle Aquitaine est totalement démesurée..."

Un référendum sur la Réunification ?

Ce samedi, à Nantes, les manifestants défileront notamment pour réclamer un référendum. Et si le non l'emportait ? :

image3.jpeg (1.33 MB)

@RonanLeMouhaer

Ecoutez Pierre Ollivro 5

"Je me suis personnellement toujours méfié des référendums : cela dépend du contexte, de la question posée, de l'humeur des gens... Mais si le non l'emporte, pour moi cela ne changera pas énormément de choses : je ne suis pas sûr aujourd'hui que les réponses aux défis de nos sociétés viennent des collectivités.. Quelle est le pouvoir exact de ces micro-régions que l'on a en France ?.. Donc un oui, un non... de toute façon le processus d'unité de la Bretagne, pour plus de cohérence humaine, sociale, écologique, de projet, est en train de se faire."