STX : la répartition du capital polémique

27 juillet 2017 à 1h44 par Dolorès CHARLES

HIT WEST

Le bras de fer continue entre les actionnaires des chantiers navals de St-Nazaire, à savoir l’Etat et Fincantieri. Hier le ministre de l’Economie Bruno Le Maire prévenait le groupe italien : « sans accord sur un partage du capital des chantiers à 50-50, l’Etat exercerait son droit de préemption ». Le patron de Fincantieri Giuseppe Bono se dit "confiant", même si Rome souhaiterait ardemment que Fincantieri détienne plus que 50%.

Dans la région, le président Retailleau demande au Gouvernement de « résister aux pressions de l’Italie pour garantir les intérêts français et les emplois ligériens". Contre la majorité de l’italien au capital, Bruno Retailleau prône "l’entrée au capital d’un pool d’une vingtaine d’entreprises ligériennes prêtes à s’engager, mais aussi des salariés voire de la Région elle-même ».

A gauche, le PS (Christophe Clergeau) refuse aussi que « Fincantieri soit au même niveau que le consortium français. Le barycentre du capital doit rester français et régional ».