Retour sur ce fiasco médiatique

14 octobre 2019 à 2h24 par Dolorès CHARLES

Le mea-culpa de la presse. Émission spéciale entre midi et 14h sur Hit West dans "Sur place ou à emporter".

HIT WEST
Crédit: Une du Parisien

Après 8 ans de cavale, les policiers écossais avaient mis la main sur un homme, qu’il croyait être Xavier Dupont de Ligonnès, l’auteur présumé du meurtre de sa femme et de ses 4 enfants, à Nantes en avril 2011. Mais l’ADN a parlé, et cet homme arrêté à l’aéroport de Glasgow n’est pas du tout le fugitif. Pourtant vendredi soir, les médias (dont Hit West) étaient sûrs d’eux, Simon Reungoat.

Ecoutez le podcast

"Il y avait de quoi car (un) les policiers écossais n’employaient pas le conditionnel, (2) ils parlaient de correspondance des empreintes digitales, et (3) tous les médias, y compris l’AFP, avaient le même son de cloche de la part de leurs « contacts »… Seuls, à Nantes le Procureur Pierre Sennès et l’avocat de la famille de Xavier Dupont de Ligonnès, Me Goldstein, restaient prudents face à ce rebondissement… Cette énième fausse piste leur donne raison. Depuis le cruel verdict de l’ADN, les médias ont fait leur mea-culpa et reconnaissent leur erreur, celle d’avoir accordé un grand crédit à une source jugée fiable. Ouest-France s’excuse et évoque un « cinglant rappel à l’ordre » face à l’urgence de l’actualité. »

Samedi, la presse s’est très bien vendue à Nantes comme ailleurs, preuve de l’intérêt des français pour ce qui est l’une des plus grandes énigmes criminelles des 10 dernières années.

Le temps de la justice n'est pas le même : pour Xavier Ronsin, procureur de Nantes à l'époque des faits, les médias sont allés trop vite et n'ont pas eu "les bonne sources."

En attendant l’épilogue, la TV s’est inspirée de ce fait divers : M6 diffusera début 2020 « Un homme ordinaire » un téléfilm avec Arnaud Ducret dans le rôle du meurtrier présumé.