Restrictions renforcées sur les campus

8 octobre 2020 à 0h57 par Dolorès CHARLES

Face à l'augmentation du nombre de cas de covid-19, de nouvelles mesures sanitaires entrent en vigueur, dans les universités situées en zone d'alerte renforcée. Le reportage à Rennes de Yann Launay.

HIT WEST
campus de Rennes
Crédit: Yann Launay pour Hit West

Un nouveau record de contaminations, la France a enregistré près de 19 000 nouvelles personnes testées positives au Covid-19, hier, et le taux de positivité s’approche des 10% désormais, soit le double d’il y a un mois. 80 personnes sont mortes ces dernières 24 heures du virus. Le ministre de la santé, Olivier Véran, fera un nouveau point ce soir, et de grandes villes pourraient rejoindre Paris et Marseille en alerte maximale… Pour Emmanuel Macron, interrogé hier soir sur TF1, il faut "plus de restrictions" là où le virus circule trop vite !

Restrictions renforcées sur les campus

Face à l'augmentation du nombre de cas de covid-19, de nouvelles mesures sanitaires entrent en vigueur, dans les universités situées en zone d'alerte renforcée, comme à Rennes. Les amphithéâtres étaient déjà limités à la moitié de leur capacité, mais désormais ce sont toutes les salles de cours, les salles de TD - de travaux dirigés, les bibliothèques, les restaurants universitaires, qui limitent le nombre de personnes présentes simultanément. Alors comment cela se traduit-il , et comment les étudiants le vivent-ils ? La réponse d'Erwan, étudiant en quatrième année d'électronique, à Rennes 1 :

Écouter le podcast

"Avec la nouvelle circulaire, ils viennent de découper les groupes en plein de petits groupes. Au lieu d'avoir des travaux dirigés de deux heures, on aura des TD d'une heure, mais en groupe de 12... Déjà en deux heures, c'est déjà assez chaud, alors en une heure, on a le temps de rien voir en fait : est-ce qu'ils vont multiplier par le nombre d'heures, ou est-ce qu'ils vont réduire les exigences, on n'en sait rien..."

Une année 2020-2021 compliquée

Les universités souhaitaient une année 2020-2021 "la plus normale possible", mais quelques semaines seulement après la rentrée, dans les zones d'alerte renforcée, les emplois du temps sont chamboulés, les cours à distance se multiplient et les étudiants hésitent entre confiance et inquiétude :

Écouter le podcast

"On fait avec, on n'a pas trop le choix pour se protéger et pour protéger les autres, mais ça fait de gros emplois du temps et beaucoup de travail à la maison... Comme on a eu le test de l'année dernière, cela devrait mieux se passer... On verra bien, mais on espère que la fac ne va pas fermer (...) ça change tout le temps, je n'ai pas l'impression que ça a été très réfléchi... ça arrive petit à petit quand ils se rendent compte que c'est le bazar (...) Pour moi, si vraiment ils voulaient éviter cette propagation, il fallait mettre les universités en ligne directement, il ne fallait pas les réouvrir, et les gens seraient restés chez eux..."

La vie sociale aussi chamboulée

Côté vie sociale, des efforts sont demandés aux étudiants : les soirées festives & d'intégration sont annulées, comme de nombreux événements culturels : comment les étudiants vivent-il cette "sobriété" sociale imposée, assez éloignée de la vie étudiante ? Yann Launay a tendu le micro sur le campus de Rennes :

Écouter le podcast

"J'ai envie de connaître du monde, je suis là pour un an... Du coup ce ne sera pas via les soirées étudiantes, et même à l'université, avec le port du masque, ce n'est pas très adapté (...) Il y en a qui contournent.. On est obligés, pour continuer de vivre... Faudrait mieux qu'ils fassent des événements organisés, au moins c'est encadré, alors que là tout le monde fait un peu à l'arrache de son côté, et c'est catastrophique (...) On se rend compte que c'est bien de se poser tranquillement, de ne pas être tout le temps à sortir, cela permet de mieux gérer son argent, d'avoir du temps pour soi..."

Le virus circule très vite dans les facs et les écoles … Après la découverte de 88 cas à l’INSA à Rennes les cours se font à distance pendant 15 jours pour les 2ème et 4ème année. Même chose à l’école navale de Lanvéoc dans le Finistère, 44 cas également à Sciences PO Rennes et 140 cas à l’école de commerce Audencia à Nantes, 1500 étudiants sont placés en quatorzaine.

L’ARS qui a précisé hier que 5 classes étaient fermées en Bretagne du fait du Covid-19. 4 établissements scolaires sont touchés et un est fermé dans la région. Il s’agit de l’école du Petit-Paris à Brest qui devrait rouvrir ses portes… on l’a appris hier… lundi prochain. Il n’y aura donc ni garderie, ni temps d’activité périscolaire jusqu’au 12 octobre. Plusieurs personnels de l’établissement… enseignants et Atsem… ont été testés positifs depuis la semaine dernière.

Un reportage de Yann Launay.