Rescapé du Bataclan, il veut créer une salle de concert

18 février 2021 à 10h33 - Modifié : 18 février 2021 à 11h03 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: Yann Launay

Dans le Finistère, une quinzaine d'amis veulent ouvrir une salle de concert, en transformant un hangar. A l'origine du projet : Alexandre, un rescapé de l'attentat du Bataclan. Une interview de Yann Launay.

En 2015, cet ingénieur du son vivait et travaillait à Paris, mais Alexandre a choisi de revenir dans son Finistère natal et d'y trouver un lieu qui pourrait accueillir concerts, studio d'enregistrement, mais aussi représentations théâtrales ou projections. Après un an et demi de recherches, Alexandre a trouvé un hangar, un ancien atelier de mécanique, dans une petite zone d'activité de Saint Thonan, près de Landerneau :

Écouter le podcast

"Ce qu'il faut imaginer : on est dans une salle de 250 m², au fond de la salle, on trouvera une scène de 8 mètres sur 4 ou 5, à définir. On trouvera aussi un bar avec un pôle crêpes... Pour le public, principalement il sera debout. Nous, on est sur une association à but non lucratif, on n'est pas du tout comme les grosses salles, nous c'est plutôt un lieu de convivialité, c'est ce qu'on va mettre à l'honneur : des sourires, des partages, des échanges amicaux autour de la musique..."

Une salle associative, sans billet d'entrée

Cette petite salle sera équipée de matériel professionnel, mais elle restera associative : il n'y aura même pas de billets d'entrée :

Écouter le podcast

"Pour venir aux concerts, il faudra adhérer à l'association, on devra acheter une carte, valable 24 heures. Le prix reste à définir, on essaiera de pratiquer les prix les plus bas possible, peut-être une dizaine d'euros pour 3 à 4 groupes. On partirait sur un concert toutes les 3 semaines, un style plutôt rock, mais aussi du théâtre, et les dimanche proposer un marché bio avec un apéro-concert..."

BAG NOZ SAINT THONAN HANGAR.jpg (391 KB)

300 personnes c'est l'idéal

Parmi les amis d'Alexandre qui ont rejoint l'association "Bag Noz" : Benjamin, musicien amateur, qui partageait avec Alexandre la nostalgie des lieux festifs de leur jeunesse :

Écouter le podcast

"Tous les cafés-concerts dans lesquels on jouait ou on trainait quand on était jeunes ont disparu, ça nous manquait ce côté café-concert où on peut passer du petit groupe local qui viendra s'éxercer ici sur du bon matériel, aux groupes beaucoup plus gros voire nationaux, qu'on espère avoir ici. Pour les groupes qui ont l'habitude de grosses scènes, ici ce sera plus petit, mais il y aura la qualité sonore des grandes salles. La capacité de la salle : 280 -300 personnes, c'est idéal..."

Alexandre et les membres de l'association Bag Noz souhaitent s'inspirer tout particulièrement de l'expérience de l'éleveur Michel Paul et de sa "Bergerie rock", à Sizun :

Écouter le podcast

"Michel a quand même mis en place une certaine convivialité. Il m'expliquait, quand j'ai été le voir, que certains groupes, même professionnels, acceptaient de jouer en baissant le tarif, parce qu'ils trouvaient leur compte à jouer dans une petite salle, je pense qu'à n'importe quel niveau, on aime la proximité du public..."

Rescapé du Bataclan, il ne peut plus vivre à Paris

Cette aventure a un sens très particulier pour Alexandre. Après l'attentat du Bataclan, Alexandre n'a pas pu reprendre son activité d'ingénieur du son et réalisateur pour le ministère de la Défense. Malgré le suivi psychologique, il ne pouvait plus vivre à Paris :

Écouter le podcast

"Ce n'était pas possible, j'étais en hypervigilance tout le temps, donc à un moment, au bout de 2 ans et demi, j'ai décidé de lâcher l'affaire, et de revenir dans ma région d'origine : le Nord Finistère, où je trouve beaucoup plus la paix..."

live-concert-455762_1280.jpg (167 KB)

Après l'attentat, Alexandre ne savait plus quel trajectoire donner à sa vie personnelle et professionnelle, mais il a pris une décision, un peu sur un coup de tête : il a acheté une grande table de mixage d'occasion, qu'il a fait venir des Etats-Unis, une console déjà en place dans le hangar de Saint Thonan :

Écouter le podcast

"Cette console elle vient de Los Angeles... Une console mythique par son son, et par les groupes qui l'ont utilisée... Je l'ai achetée avec les indemnités du fonds de garantie d'aide aux victimes, pour créer et diffuser encore plus de musique... Les terroristes n'aiment pas ça, eh bien ils en auront encore plus..."

Bag noz, la barque de la nuit...

Alexandre est conscient de ce paradoxe : il a dû quitter Paris, trop anxiogène... mais il veut recréer une salle de concert. Pourtant ce n'est qu'un paradoxe apparent, pour Alexandre :

Écouter le podcast

"Je trouve extrêmement logique de recréer une salle de concert pour justement exorciser tous ces mauvais souvenirs. Je ne sais pas trop vers où je vais psychologiquement, mais je pense que ça me permettra d'avancer, et de tourner la page. C'est pour ça que j'ai appelé la salle "Bag Noz" : c'est la barque de l'Ankou. L'Ankou, quand il fait passer les âmes vers l'au-delà, il les amène sur sa barque, bag noz, la barque de la nuit. Cela m' a paru évident d'utiliser un champ lexical de la transition, en hommage, ou pas, je ne sais pas si c'est le mot juste. Mais il faut plutôt voir en ce nom le côté poétique et mystique, que le côté obscur..."

Alexandre et ses amis de Bag Noz espèrent pouvoir organiser les premiers concerts en septembre. D'ici là, il faudra entièrement réaménager et isoler le hangar. Il faut 170 000 euros à l'association pour financer les travaux. Un financement participatif est d'ailleurs lancé, sur la plateforme Helloasso, pour réunir une partie de la somme. Il reste 96 jours pour participer (au 18 février 2021).

Une rencontre signée Yann Launay.