Requiem Code : l'hommage numérique pour la Toussaint

30 octobre 2020 à 9h12 par Alexandra BRUNOIS

C'est la Toussaint ce dimanche partout en France et dans l'Ouest... un moment dans l'année où les Français se recueillent dans les cimetières auprès de leurs défunts. Malgré le confinement, les fleuristes vont rester ouverts jusqu'à dimanche pour permettre de fleurir les tombes de vos disparus... des tombes où le numérique s'invite désormais. Requiem Code, c'est le dispositif créé par un Rennais.

HIT WEST
Crédit: Requiem Code

Quand la réalité augmentée s'invite au cimetière : c'est une nouvelle forme d'hommage, numérique, qu'un jeune ingénieur de Rennes vient de mettre au point. A quelques jours de la Toussaint, Lilian Delaveau lance "Requiem code", une possibilité pour les familles d'associer des souvenirs numériques à la tombe d'un défunt. Une solution qui nécessite seulement un QR code et un smartphone. Démonstration :

Écouter le podcast
"Face à moi, j'ai une tombe, et sur le dessus de la tombe, j'ai un petit QR code, de 5cm de côté. Je prends mon téléphone portable, je pointe l'appareil photo vers le Qr code, et le découvre la vidéo face à moi : là, en l'occurence, ce sont mes grands-parents en train de s'embrasser sur un banc, il y a dix ans. Les familles sont libres de mettre ce qu'elles veulent sur ce "Requiem Code", ça peut être un montage photos, des vidéos, du texte, de la musique..."

REQUIEMCODE LILIAN DELAVEAU.jpg (261 KB)

Lilian Delaveau, créateur de Requiem Code @YannLaunay

Les images apparaissent en réalité augmentée, dans le contexte du cimetière, comme si elles flottaient au-dessus de la tombe. Pour Lilian Delaveau, les possibilités offertes sont très larges :

Écouter le podcast
"Aujourd'hui, on a une limite à 128 mo de vidéo. A partir de là, on peut faire un documentaire de 5 ou 10 minutes pour un personnage historique... Nous sommes curieux de voir comment les gens vont se l'approprier. Cela peut être du documentaire, cela peut être un témoignage direct : quelqu'un qui, en préparant ses obsèques, de son vivant, ou intégré à son testament, va venir enregistrer un message dans le but qu'il soit diffusé après sa mort, sur sa tombe, comme une sorte de capsule temporelle..."

Ce "Requiem code", Lilian l'a imaginé à partir de son propre vécu :

Écouter le podcast
"L'élément fondateur a été l'enterrement de mon grand-père, en mars dernier, juste avant le covid... Arrivé au cimetière, je me suis rendu compte que du point de vue de la conservation de la mémoire, qui est censée être la mission du cimetière, il n'y avait pas grand chose... C'est dommage, parce que tout ce que mon grand-père, mais aussi la tombe à gauche de mon grand-père, la tombe à droite : toutes les histoires qu'elles ont à raconter vont s'effacer. Je me suis dit que ce serait bien de les conserver un peu et de donner une forme plus forte à l'hommage..."

Mais cette application audiovisuelle ne va-t-elle pas se heurter au silence et au recueillement qui règnent dans les cimetières ?

Écouter le podcast
"Aujourd'hui, on associe le recueillement au silence et à l'immobilité absolue... Je pense que ce n'est pas forcément toujours le cas. Il y a des recueillements, des deuils, qui se font dans les rires : on ne pleure pas quand on regarde du Desproges, on rigole, même si on sait qu'il est parti... Je pense que la manière dont on se figure la mort, le décès des autres, son propre décès, c'est quelque chose qui est amené à évoluer. Décomplexer un peu notre rapport très silencieux à cette partie de la vie, ce n'est peut-être pas une mauvaise chose..."

Requiem code est opérationnel. Pour 99 euros, les familles de défunts peuvent envoyer leur contenu numérique, et l'équipe de Requiem code se charge de la mise en forme et de la création du QR code. Toutes les informations sur le site www.requiemcode.com