Rentrée sous tensions en Pays de la Loire

3 septembre 2014 à 4h56 par La rédaction

HIT WEST
C’est fait, plusieurs milliers d’élèves ont fait leur rentrée des classes, hier en Pays de la Loire. Ils seront plus de 700.000 au total du premier degré au lycée. Une rentrée marquée par la généralisation de la réforme des rythmes scolaires dans toutes les écoles publiques. Une réforme qui ne plait pas à tout le monde. A Ste-Foy, près des Sables-d’Olonne, l’école primaire privée qui avait testé les nouveaux rythmes l’an dernier a décidé, elle, de revenir aux 4 jours. Raison première, la fatigue des enfants.

A Carbay, près de Pouancé, le maire qui est aussi l’instituteur de la petite commune a décidé de ne pas organiser les fameux Temps Péri-Educatifs ou activités périscolaires. Après une lettre envoyée au Président en juin, il participe ce matin à l’opération « Classes Vides », organisée par le mouvement des Gilets jaunes contre la réforme.

A Langon dans le Sud-Vendée, trois adjoints au maire et deux conseillers, en désaccord sur la mise en place des TPE, ont démissionné lundi. Un tiers du conseil ayant démissionné, de nouvelles élections seront donc organisées.

Rentrée sous tensions aussi à Renazé, en Mayenne. Après avoir passé la nuit à l'école primaire Ernest Guillard, des parents d'élèves ont manifesté hier matin pour réclamer l'ouverture d'une 7ème classe. Pour ces parents, 28 élèves par classe c’est trop !

Et puis rentrée musclée pour le président du Conseil général de Maine-et-Loire : le centriste Christian Gillet a été interpellé par une vingtaine de manifestants hier, au collège de Seiches-sur-le-Loir. Motif, le projet contesté de répartir les agents de maintenance en équipe volante 24H/24 dans tous les établissements à partir du 1er janvier.