Quelles suites pour les Gilets Jaunes ?

23 novembre 2018 à 5h21 par Alexandra BRUNOIS

La mobilisation des Gilets jaunes va se poursuivre ces vendredi et samedi. De nouvelles actions sont prévues tout le week-end dans l'Ouest comme dans toute la France... Certains Gilets jaunes veulent manifester demain samedi à Paris. Une manif autorisée par les autorités sur le Champs de Mars.

HIT WEST




DES GILETS JAUNES FATIGUES MAIS MOTIVES


Sur certains points, la mobilisation ne s'est pas interrompue depuis samedi dernier... C'est le cas par exemple sur un rond point de Pontivy, dans le Morbihan, où des habitants se relaient jour et nuit depuis presque une semaine maintenant. Parmi eux : Isabelle, qui avait participé au lancement du mouvement. Isabelle se dit aujourd'hui fatiguée, mais toujours aussi déterminée... et elle dénonce l'image des Gilets jaunes donnée par les médias, et par le gouvernement, qui ne cherche selon Isabelle qu'à discréditer et à enterrer le mouvement :


Écouter le podcast
"J'imagine que dans d'autres communes, il y a des casseurs, mais à Pontivy, ce n'est pas le cas, cela se passe bien, on fait en sorte de ne pas trop embêter les gens, mais d'être présents... S'il n'y a pas un dialogue mis en place assez rapidement, soit cela va s'essoufler, soit cela va partir vraiment en vrille, parce que cela va mettre les gens de plus en plus en colère."


Isabelle ne comprend pas l'attitude du gouvernement, et compte sur l'ouverture d'un véritable dialogue...


Écouter le podcast
"Ce mouvement, c'est pour réveiller le gouvernement, leur dire : il y a beaucoup de Français qui souffrent, et les décisions que vous prenez ne sont pas en cohérence avec notre réalité à nous... Je pense que c'est important que maintenant le gouvernement prenne quelques personnes de ce mouvement citoyen pour en discuter."

Des Gilets jaunes morbihannais iront manifester à Paris, samedi... Un car a notamment été affrété par l'association "Collectif 56". Une démarche qu'Isabelle comprend, mais elle ne s'y joindra pas...

Écouter le podcast
"Je préfère rester ici, parce que tout ne se passe pas à Paris.. Certaines personnes dans le mouvement trouvent que notre action, à Pontivy, n'est pas assez musclée, c'est pour cela qu'elles sont désireuses d'aller à Paris et faire un peu plus de bruit là-bas."


LE MOBILISATION VA-T-ELLE S'ESSOUFFLER ?


Le mouvement est-il près de s'éteindre ? Pour Michel Le Méro, c'est tout le contraire... ce commerçant de Locminé préside l'association "Collectif 56", qui a organisé plusieurs manifestations des Gilets jaunes samedi dernier dans le Morbihan :

Écouter le podcast
"Je pense que la mobilisation va se faire encore plus grande, mais les Gilets jaunes doivent maintenant au plus vite se structurer par département, par région, pour vraiment faire une force de contre-propositions à ce qui a été décidé "en haut."

Michel Le Méro estime que le mouvement doit se trouver des représentants locaux, des délégués, pour entamer un dialogue avec le gouvernement. Mais qui seraient ces délégués, comment seraient-ils choisis ? :

Écouter le podcast
"C'est un mouvement de base, ce seront des interlocuteurs de base... Je pense que par département, il y a des noms qui sont arrivés dans les bureaux parisiens... Si on me demande d'aller demain discuter avec M. Macron ou les siens, je serai de ceux-là... Sinon ce n'était pas la peine de faire tout ce que l'on a fait depuis le départ.. Maintenant il faut que l'on se réunisse rapidement, après ce week-end, pour avoir des propositions précises à faire."

Depuis le début du mouvement, les relations entre journalistes et Gilets jaunes se sont souvent tendues... Pour Michel Le Méro, l'origine de ces tensions est à chercher dans le dénombrement des manifestants... Le commerçant estime que les médias ont uniquement relayé les chiffres donnés par le gouvernement, des chiffres qui selon Michel Le Méro sous-estiment volontairement la mobilisation :

Écouter le podcast
"Quand il y a 1500 personnes sur un point, et qu'on dit qu'il n'y en a que quelques centaines.. c'est ça le problème... il faut dire le vrai chiffre... samedi, on se comptera bien, et j'éspère que vous, journalistes, vous nous compterez bien.. Hors de question d'entendre une nouvelle fois qu'on était 280 000 personnes alors qu'on était 4 fois, 5 fois plus nombreux."

Des opérations escargot sont prévues, ce samedi au départ de Loudéac, Ploërmel et Lorient, en direction de Vannes.


Des propos recueillis par Yann Launay