Procès foie gras : pour le procureur, ""il n'y a pas matière à condamner"" la société Soulard

22 janvier 2015 à 23h14 par La rédaction

HIT WEST
Justice, avec le procès qui opposait hier à la Roche sur Yon l’association de défense du bien-être animal L214 au producteur vendéen de foie gras Ernest Soulard. L’association a cité la société pour « sévices ou actes de cruauté » et « mauvais traitements » envers des canards, sur la base d’images tournées dans des salles de gavage du producteur, affirme l’association. Un montage vidéo contesté par Ernest Soulard, qui parle de manipulation. Il a fait en tout cas beaucoup de mal à l’entreprise : après sa diffusion sur Internet en novembre 2013, de grands chefs comme Joël Robuchon ou le Britannique Gordon Ramsay avaient suspendu leurs commandes avec la société vendéenne. Avec cette audience, L214 avait en fait pour ambition de faire le procès du gavage, qu'elle considère comme de la maltraitance. Récit de l’audience avec Charlotte David. Le jugement du tribunal sera rendu le 19 mars. Il se prononcera aussi sur le deuxième volet de ce procès, avec cette fois L214 dans le rôle de l’accusé. La société Soulard poursuivait l’association et deux de ses salariés pour « violation de domicile » et dégradations : des trous percés dans différents bâtiments de l'entreprise afin de capter des images. Cette fois, le procureur a requis 10 000 euros d’amende à l’encontre de l’association et 2 000 à l’encontre de son porte-parole, pour « recel de destruction ».