Premiers flocons sur l'Ouest

3 janvier 2021 à 8h11 - Modifié : 3 janvier 2021 à 19h31 par Dolorès CHARLES

HIT WEST
Crédit: pixabay

Les premiers flocons sont tombés cette nuit en Centre Bretagne notamment. Mais les dispositifs de viabilité hivernale sont enclenchés partout, comme en Mayenne.

La neige est arrivée en centre Bretagne cette nuit, du côté de Morlaix notamment, mais aussi vers Machecoul, Villeneuve en Retz et Saint-Philbert de Grand-Lieu en Loire Atlantique, Challans en Vendée ou vers Boqueho et Plougonvelen dans les Cotes-d'Armor. En Pays de la Loire, des flocons sont aussi annoncés pour le début de la semaine, dans quatre des cinq départements : Vendée, Sarthe, Maine-et-Loire et Mayenne, où le dispositif de viabilité hivernale est fin prêt. 

Le département de la Mayenne se mobilise pour déneiger et lutter contre le verglas. Depuis le 15 novembre et jusqu'au 15 mars, le dispositif de viabilité hivernale est déclenché pour assurer les meilleures conditions de circulation aux usagers de la route. Désormais les agents sont mobilisés 24 h sur 24 et 7 jours sur 7 pour surveiller, saler et déneiger les routes de la Mayenne à tout moment. Au total, 17 déneigeuses et 11 patrouilleurs sont prêtes à partir sur le réseau prioritaire : 450 kms sur les 3500 kms de routes départementales. Des routes qui desservent les principales agglomérations (Laval, Mayenne, Château-Gontier....) et les pôles économiques. Ce dispositif est essentiel pour un département rural comme la Mayenne, explique Olivier Richefou le président du conseil départemental, au micro de Mathieu Lopinot :

Écouter le podcast

"C'est une priorité pour un département rural comme la Mayenne, nous n'avons pas de train qui relie les principales communes du département, pas de métro ou de tram. La voiture reste essentielle dans un département comme le nôtre. L'entretien des routes représente 20 millions d'euros par an, 250 à 300 kms de routes sont renouvelés chaque année."

Neige-Mayenne-c.jpg (96 KB)

La Mayenne consomme environ 1500 tonnes de sel chaque année, et il faut compter 90 euros la tonne. Du sel marin, un produit très précieux selon Emmanuel Quellier responsable synthèse au département de la Mayenne :

Écouter le podcast

"On travaille avec du sel marin, il peut venir de l'étranger comme de la France. Nous sommes approvisionnés par une entreprise de la région nantaise. C'est comme du sel de cuisine. C'est une technique ancienne. Aujourd'hui, les saleuses sont équipées de réservoirs avec de la saumure, qui permet de faire fondre la neige ou de la glace plus vite."

Mais à quoi sert le sel ?

Écouter le podcast

"Pour enlever la neige de la chaussée, il faut la racler avec les rabots des déneigeuses. Le sel est utilisé pour faire fondre la partie qui est tassée au sol. Ensuite la neige est transformée en soupe, qui est retirée avec les rabots pour rendre la chaussée praticable."

Neige-Mayenne-aa.jpg (120 KB)

Le département de la Mayenne bénéficie de nouvelles technologies pour être plus précis afin de déclencher au plus vite les déneigeuses :

Écouter le podcast

"Nous avons une tablette viabilité hivernale qui permet d'avoir les remontées terrain des patrouilleurs afin de remplir plus rapidement la carte info route. Donc les usagers ont accès à tout moment aux informations circulation en temps réel."

Une nouveauté : waze !

La Mayenne consomme environ 1500 tonnes de sel chaque année, mais le département dispose d'un stock de 3 000 tonnes en permanence. C'est une moyenne car il y a des années historiques : l'an dernier, nous n'avons presque pas consommé de sel, en revanche, en 2017, nous étions presque en pénurie, selon Xavier dubourg vice-président du département chargé des routes. Cette année il y a une nouveauté, les données de viabilité hivernale seront intégrées aux publications waze. Sophie Bonniere est directrice adjointe en charge des infrastructures :

Écouter le podcast

"Nos données d'informations routières de viabilité hibernale sont diffusées sur waze. C'est la première année. Et d'ici l'an prochain avec l'open data tous les autres systèmes d'aide à la conduite auront accès à ces données."

DXIUwp6W0AE0sDf.jpg (177 KB)

Un reportage de Mathieu Lopinot.