Pourquoi j'ai acheté tout ça : une ode contre la surconsommation !

21 janvier 2019 à 7h20 par Alexandra BRUNOIS

C'est une auteure du Morbihan qui a reçu le prix lycéen spécial BD d'économie... intitulé "Pourquoi j'ai acheté tout ça !? - Stop à la surconsommation", l'album lauréat est signé Elise Rousseau, membre de l'"atelier des 3 bulles", à Auray. Rencontre avec la bretonne !

HIT WEST

Sa bande dessinée est une invitation à réfléchir sur notre façon de consommer au quotidien, une invitation a éviter les achats inutiles, les achats de produits éphémères, pour mieux préserver la planète.

Pour Elise Rousseau, la surconsommation est un thème encore trop discret dans les medias, et pourtant fondamental :

Écouter le podcast
"En fait la surconsommation, c'est un des plus gros scandales écologiques à l'heure actuelle, puisqu'il sous-tend la majorité des autres problèmes. On se rend compte que l'acte d'achat, comment j'achète, a un impacte énorme sur la construction du monde : si je privilégie plutôt l'agriculture bio, ou l'agriculture industrielle, je ne choisis pas le même monde, je ne choisis pas les mêmes paysages autour de chez moi.. Tout achat a un impact beaucoup plus important que ce que l'on imagine."

Elise Rousseau signe un ouvrage très pédagogique, et part aussi de sa propre expérience personnelle, pour dénoncer par exemple l'obsolescence programmée :

Écouter le podcast
"Le point de départ de la Bd, c'est une petite radio que j'avais achetée, et tombée en panne 10 jours après la fin de la garantie... Je suis allée chez le vendeur, qui a mis un peu de temps à me répondre, puis s'est lâché en disant qu'il y avait aujourd'hui de l'obsolescence programmée partout, et qu'ils en avaient aux mêmes ras le bol en tant que commerçants d'être obligés de vendre des produits comme cela.. Il faut vraiment lutter contre, il faut râler, il faut boycotter.. Comment, dans la situation dans laquelle on est d'un point de vue environnemental, peut-on voir encore des pratiques comme cela ? Maintenant nous avons une loi en France pour lutter contre l'obsolescence programmée, il faut l'utiliser."

L'auteure démontre qu'acheter un produit de meilleure qualité, plus cher, est un geste pour l'environnement, un geste pour les conditions sociales de fabrication.. mais aussi un geste, à terme, pour son propre porte-monnaie :

Écouter le podcast
"Je connaissais une Grand-mère qui disait toujours : "moi je n'ai pas les moyens d'acheter bon marché".. Ce que cela veut dire, c'est que quand vous achetez de la m..., il faudrait le racheter dans un an, dans deux ans, dans trois ans si vous avez de la chance.. En investissant dans un objet de qualité, durable, vous vous en sortez beaucoup mieux économiquement, finalement."

Elise Rousseau invite à consommer moins, à consommer mieux, et pour l'auteure, cette façon d'acheter n'a rien d'une punition, bien au contraire, pour Elise Rousseau, c'est une manière de tendre vers la "sobriété heureuse" prônée par Pierre Rabhi :

Écouter le podcast
"Je suis une enfant de ces générations de surconsommation, on était élevé dans l'idée que c'était la possession qui rendait heureux.. Je me suis aperçue qu'en allant vers plus de sobriété, quand on est moins dans cette spirale de surconsommation, finalement on fait aussi des économies que l'on peut investir autrement : on peut emmener ses amis au restaurant, offrir une place de théâtre.. On se rend compte que le bonheur repose beaucoup plus dans les liens humains que dans des objets en plastique qui vont se casser dans peu de temps."

Dans sa BD, Elise Rousseau dresse un état des lieux assez sombre, mais donne aussi des raisons d'espérer.. à condition de ne plus temporiser :

Écouter le podcast
"C'est maintenant qu'il faut que les choses bougent, qu'il faut que les Politiques fassent enfin leur travail de protéger les hommes et la planète, et que les industriels se mettent à avoir de bonnes pratiques.. Certains commencent..."

"Pourquoi j'ai acheté tout ça - Stop à la surconsommation", est édité chez Delachaux & Niestlé.

Une interview de Yann LAUNAY