Pays de la Loire

Plus une goutte de carburant ne sort de la raffinerie Total

07 janvier 2020 à 15h31 Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : Hit West (archives)

Les autorités rassurent alors que les raffineries vont tourner au ralenti d'ici samedi : pas de crainte à avoir face à une éventuelle pénurie d'essence.

La date est fixée, alors que les discussions ont repris ce matin à Paris entre syndicats, partenaires sociaux et Gouvernement,le ministre des relations avec le Parlement a annoncé la date à laquelle l’Assemblée nationale examinera le projet contesté de réforme des retraites, ce sera à partir du 17 février et durant deux semaines, en procédure accélérée. Quant aux négociations, pour l'heure, elles n'ont rien donné.

Les salariés de la raffinerie à l'arrêt

A Donges, c'est en début d’après-midi que l’assemblée générale de l’intersyndicale de la raffinerie Total a eu lieu. Elle n'aura duré qu’une petite heure, le temps d’expliquer aux salariés le projet de réforme des retraites et ses conséquences. Le temps, aussi, de ratifier l’accord de grève. Une grève, mais pas un blocage ... insiste Fabien Privé-Saint-Lanne, délégué CGT, interrogé par Charles Guyard.

Écouter le podcast

"On recherche pas la pénurie, on appelle surtout à ce que d'autres entreprises nous rejoignent et se mettent en grève... et que les salariés viennent nombreux aux manifestations des 9 et 11 janvier. On ne cherche pas à pénaliser les gens, ce n'est pas ça du tout notre objectif, par contre ont veut redonner un nouveau souffle à cette mobilisation qui en a besoin, c'est le timing ... parce qu'on sent que le gouvernement panique et qui dit n'importe quoi. On a quand même été taxé de terrorisme parce qu'on bloquait les raffineries ... après ce qu'on a vécu en France... Quand on avance de tels arguments c'est qu'on commence vraiment à être aux abois... "

Un durcissement possible...

Un arrêt de travail, avec quelle conséquence pour la raffinerie et surtout sur les carburants ? La réponse de Fabien Privé-Saint-Lanne, délégué CGT.

Écouter le podcast

"Les conséquences depuis 13h30, il y a une coupure de toutes les expéditions via les wagons, les camions, les bateaux ou les pipelines. Tout est coupé, plus une goutte de carburant ne sort de la raffinerie... Il n'y a pas de chargement ni de déchargement camion, en revanche le dépôt de Mr Bolloré qui n'appartient pas à Total, et qui est indépendant de la raffinerie, charge effectivement les camions. Il y a un durcissement du secteur pétrolier en France aujourd'hui, pour la suite on verra..."

La suite, justement, sera décidée lundi en début d’après-midi. Une nouvelle assemblée générale sera organisée à 13h30 pour décider d’un éventuel durcissement du mouvement...

Il y a et il y aura de l'essence pour tout le monde

En cas de durcissement et de blocage, par exemple, les autorités se veulent rassurantes : il y a et il y aura de l'essence pour tout le monde aujourd'hui comme dans les prochains jours. Ecoutez, le directeur de cabinet de la préfecture de Loire-Atlantique, Johann Mougenot, avec Charles Guyard.

Écouter le podcast

"Il existe des réserves légales et stratégiques qui atteignent 90 jours et à ces réserves stratégiques s'ajoutent les réserves qui sont faites par les dépôts et les raffineries, des réserves commerciales... Il n'y a pas de risque de rupture d'approvisionnement du pays en carburant aujourd'hui et dans les jours qui viennent... La seule inquiétude c'est la multiplication des pleins de précaution, qui peut entainer ponctuellement des ruptures d'approvisionnement au niveau des stations-services, et non pas au niveau des dépots ou des raffineries. A chacun de ne pas modifier son comportement... "

Dès ce matin, le Premier ministre avait annoncé que les forces de l'ordre allaient être mobilisées en cas de blocage. A Donges ce midi, il n'y avait aucune force de l'ordre autour de la raffinerie.

La pénibilité : un point crucial

Age pivot, capitalisation, durée de carrière… la réforme est rejetée dans toutes ses lignes par les syndicats, et notamment la CGT, à la raffinerie Total pour qui l’aspect pénibilité est également une donnée essentielle pour les salariés. Arnaud Minec, opérateur en pétrochimie sur le site de Loire-Atlantique.

Écouter le podcast

"On est exposé à des produits cancérigènes... et quoiqu'il arrive cette exposition, même si notre CHSCT travaille bien pour faire reconnaître tous ces produits dangereux qu'on manipule à longueur de temps, a une conséquence sur notre durée de vie. Notre durée de vie est déjà limitée par rapport à une personne qui travaille je pense dans un bureau."

A noter qu’avec un âge moyen compris entre 42 et 47 ans, une majorité des salariés de la raffinerie de Donges est concernée par la réforme des retraites. Le mouvement de grogne qui touche les ouvriers de Donges, mais aussi les cheminots, les professeurs ou les avocats reste majoritairement soutenu par les Français selon les derniers baromètres d'opinion (malgré une baisse depuis le 5 décembre).