Pays de la Loire

Nantes : Un second tour sans grande surprise

16 juin 2020 à 11h03 Par Emilie PLANTARD
Johanna Rolland, maire sortante, et Julie Laernoes, candidate écologiste, ont fait liste commune pour ce second tour
Crédit photo : @Hit West

La capitale ligérienne a vu s’affronter 9 candidats lors du 1er tour des élections municipales. Quatre femmes ont sorti leur épingle du jeu mais seuement trois d’entre elles repartent pour ce second tour, après une alliance entre la maire sortante et la candidate écologiste.

JOHANNA ROLLAND

Si les 2 candidates Ps et EELV aux municipales de Nantes ont annoncé leur fusion des listes en mai dernier, ce n’était pas le scénario privilégié au soir du 1er tour. Johanna Rolland, maire sortante, en tête avec plus de 30% des suffrages, avait bien annoncé son souhait de rapprochement, mais Julie Laernoes, déçue de son score, ne semblait pas l’envisager ainsi. Et puis le confinement a fait son œuvre. En allongeant considérablement la période d’entre-deux tours, il a permis aux 2 candidates de discuter et de trouver un accord. Qui n’aurait peut-être pas existé sans cette crise sanitaire. Johanna Rolland :

Écouter le podcast
"Mais oui la crise a joué, ne serait-ce que par cette question du temps. D’ordinaire, lors d’une élection il y a 48H entre le 1er tour et le moment où on dépose des listes. Là il y a eu 3 mois entre le 1er tour et le 2è tour. Et je crois que les uns et les autres on sentait aussi la responsabilité qui est la nôtre. Vraiment, je crois que ce moment nous oblige. Je crois que même sans la crise, il y aurait eu des possibilités d’avancer mais certainement que ça a contribué."

Aujourd’hui, c’est donc une liste commune rassemblée autour de Johanna Rolland, Ensemble, Nantes en confiance, qui surplombe les municipales de Nantes (50,94% à elles 2 au 1er tour). Avec un programme résolument vert.

Écouter le podcast
"D’abord ce n’est pas le premier pas vers l’écologie parce que je rappelle que Nantes a été capitale verte de l’Europe en 2013. Mais oui, nous allons accélérer. Aujourd’hui je considère que l’écologie doit être la clé de voute des politiques publiques qu’on conduit. Les nantais sont prêts, les nantais le demandent. Mais on doit faire cela, sans opposer écologie et économie. Et on doit le faire sans laisser personne au bord du chemin. Je prends un exemple concret, l’alimentation. Sujet majeur. Aujourd’hui, il y a une vraie inégalité sociale sur l’alimentation. Donc oui au changement de modèle, mais comment on fait pour que, y compris les plus modestes, pour avoir accès à une alimentation plus bio, plus locale."

laurence garnier 2020.jpg (104 KB)

LAURENCE GARNIER

En face, les 2 autres candidates ont choisi de faire cavalier seul. D’abord Laurence Garnier. La candidate des Républicains, éternelle rivale de Johanna Rolland, avait déjà échoué aux portes de la mairie en 2014. Elle avait fondé sa campagne du 1er tour sur le thème de la sécurité. Aujourd’hui, la crise a quelque peu chamboulé les attentes des électeurs, mais elle reste un grand sujet de campagne. Laurence Garnier :

Écouter le podcast
"C’est vrai que le confinement a posé un couvercle sur ces questions d’insécurité à Nantes. Je voudrais quand même rappeler qu’au cours des 5 dernières années, Nantes est la ville qui a le plus augmenté en terme de faits de délinquance et d’insécurité, donc il y a un vrai problème à Nantes. Nous on propose de doubler les effectifs de la Police Municipale, on propose qu’elle fonctionne 24H/24 et 7J/7 parce qu’on sait bien que la délinquance ne s’arrête pas à 23H30. Et puis on propose d’implanter des antennes dans tous les 11 quartiers de Nantes parce que les nantais nous disent qu’ils ne voient pas leurs policiers municipaux."

La crise a donc contraint les candidates à réajuster les thèmes de campagne, du moins à les réorganiser. L’environnement, la santé, la solidarité… Sont des thèmes qui prennent désormais plus de place. Et la lutte contre la densification de la ville revient en force.

Écouter le podcast
"Tout le travail qu’on a fait pour cette métropole locomotive plutôt qu’aspirateur, ça consiste à dire il faut que Nantes articule son travail avec les villes de son bassin de vie, Saint-Nazaire, Clisson, Châteaubriant, Ancenis, pour faire en sorte que la croissance qu’on connait aujourd’hui, plutôt que venir à chaque fois à Nantes Métropole, qu’elle puisse s’établir de manière harmonieuse sur le territoire. C’est un travail qu’il faut faire avec nos entreprises, avec ceux qui mettent en place les moyens de transports, les politiques, pour avoir quelque chose de plus harmonieux et un développement de notre région et de notre ville qui se fasse de manière plus apaisée."

valerie oppelt.jpg (348 KB)

VALERIE OPPELT

Il y a enfin Valérie Oppelt, députée LREM qui, en sortant du confinement, proposait aux autres candidates de porter une seule et même liste aux municipales. Face à leur refus, elle continue seule à porter ses projets, que la crise a également restructurés. Aujourd’hui, la santé est une priorité. Valérie Oppelt :

Écouter le podcast
"Oui je repars et je vais jusqu’au bout, j’ai choisi de rester indépendante et seule pour porter mon projet jusqu’au bout. Je veux faire de Nantes la ville européenne de la santé. On a constaté pendant la crise que le tout hôpital public ne fonctionne pas, donc je veux pour Nantes plus de médecins de proximité, une maison de santé dans tous les quartiers en collaboration avec les médecins privés, et je souhaite aussi mettre en place, à l’échelle de la métropole, une agence de santé publique qui permettra d’anticiper et de mieux prévoir ces périodes de crise. Des crises sanitaires mais aussi climatiques, c’est de plus en plus fréquent. "

L’annonce faite par la liste principale d’un projet de moratoire concernant la 5G a également remué la candidate En Marche. Pour elle, il faut au contraire, promouvoir cette nouvelle technologie pour confirmer l’attrait de Nantes.

Écouter le podcast
"Sur la 5G, Johanna Rolland s’est laissé influencer, pour quelques postes, par l’équipe EELV. Un moratoire sur la 5G alors que Johanna Rolland était heureuse de la voir arriver en 2019, il faut être très concret. Ça signifie que les JO 2024, c’est terminé pour nous, cela signifie aussi que pour le télétravail, la télémédecine, c’est terminé aussi. On a Doctolib et d’autres start-up qui sont attirées par Nantes, ville de la French Tech, moi je veux que Nantes soit une ville expérimentale et innovante donc il faut que la 5G soit portée et que Nantes reste parmi les villes choisies pour cette expérimentation."

Un des principaux enjeux de cette élection municipale sera bien sûr la participation, le 1er tour ayant souffert d’un taux d’abstention record.

Liste candidates :

Johanna Rolland : Ensemble, Nantes en confiance
Laurence Garnier : Mieux vivre à Nantes
Valérie Oppelt : Nantes avec vous

Participation 1er tour : 38,67%

Scores 1er tour :

Johanna Rolland : 31,36%
Laurence Garnier : 19,94%
Julie Laernoes : 19,58%
Valérie Oppelt : 13%