Nantes tend la main aux migrants

3 avril 2018 à 3h06 par Dolorès CHARLES

La Ville a proposé à l'Etat que Nantes puisse accueillir un Centre d'hébergement d'urgence de 100 places dans un premier temps sur le site de l'EHPAD Bréa.

HIT WEST
Crédit: Dolorès Charles
C’était l’actu du week-end de Pâques : la fin de la trêve hivernale et la manifestation contre les expulsions de migrants ou de zadistes, qui a réuni environ 2.000 personnes dans les rues de Nantes. Les associations et syndicats divers regrettent l’usage disproportionné par les forces de l’ordre de jets de lance à eau et de gaz lacrymogène sans raison.



Après la manifestation, un rassemblement s’est tenu devant l’ancien EHPAD de Bréa, occupé par les exilés expulsés des locaux de l’Université. Ils pourront y rester jusqu’à la rentrée.

La Ville a en effet proposé à l’Etat que Nantes puisse accueillir un Centre d’hébergement d’urgence de 100 places dans un premier temps sur le site de l’EHPAD Bréa, puis dans un autre lieu puisque le site doit accueillir un foyer de jeunes travailleurs. La Ville de Nantes propose aussi d’augmenter les aides d’urgence pour les jeunes migrants, et la mise à disposition courant avril de locaux sans affectation, permettant de créer 45 places d’accueil temporaire aux personnes exilées sous statut.



A Notre-Dame-des-Landes, les forces de l’ordre devraient intervenir dès lundi prochain pour "expulser les zadistes les plus radicaux, et ceux qui n’ont aucun projet professionnel sur la ZAD." A suivre...