Nantes poursuit le développement de ses transports

12 mars 2020 à 8h11 par Emilie PLANTARD

La ligne de Chronobus C5 vient d'être transformée en ligne de Busway, à 70% en site propre. Un petit pas de plus vers un nouveau maillage de la ville en terme de transports publics.

HIT WEST
La ligne est équipée d'un nouveau système de signalement a sol
Crédit: Hit West

Ce n’est pas une révolution, mais la transformation de la ligne de Chronobus C5 reliant le hangar à bananes à Gare sud est tout de même une belle amélioration sur cette ligne très fréquentée. Créée à l’été 2013 avec une fréquentation de 9000 passagers jours, elle en transporte aujourd’hui 21.000 et les anciens busways de la ligne 4, mis provisoirement de côté après la mise en service du e-busway et réutilisés ici, vont permettre de dépasser rapidement les 30.000. Mais ce sont surtout les quelques changements de pratique qui vont satisfaire les abonnés.

Écouter le podcast

"On n’achète plus de tickets au conducteur, on entre par toutes les portes, il y a des distributeurs de tickets à certains arrêts, le même mode de gestion qu’était le Busway. Et donc on a fait quelques aménagements, on a rehaussé les quais pour qu’ils soient parfaitement accessibles, on a prolongé les couloirs de bus sur certains carrefours et on a réutilisé des véhicules qui étaient en parfait état et amélioré le service sur cette ligne C5 qui va être plus régulier, plus fluide."

L'importance de la politique des transports

En assurant une liaison plus fiable et plus fluide entre l’ouest et l’est de l’île de Nantes, la métropole tient son engagement de mieux penser la construction des transports à Nantes. Un enjeu crucial dans ces municipales 2020.

Écouter le podcast

"Ce choix politique qui a été fait de développer les transports publics, il continue avec la trame principale qui est de dire qu’on a un réseau qui est trop en étoile. Avec les Navibus, les nouveaux Chronobus et cette nouvelle ligne de Busway, on a une capacité de réseau qui fait qu’on est plus systématiquement obligé de passer par Commerce pour aller d’un point à un autre. On pourra prendre le Navibus dans le Bas-Chantenay, monter dans la ligne 5 au Hangar à Bananes, et aller directement à la gare par exemple." 

Utiliser le fleuve...

Le Navibus Heb Ken, petit dernier de la flotte nantaise, permet de traverser la Loire entre le Bas-Chantenay et le Hangar à Bananes. Un nouveau pont pour les piétons et les cyclistes qui relie 2 quartiers en pleine croissance, en 6 minutes à peine.

Écouter le podcast

Celui entre Gare Maritime et Trentemoult avait déjà un gros succès, et donc on a décidé d’en faire un entre Chantenay et le Hangar à Bananes, ensuite il y en aura un autre la Gare de Chantenay et Trentemoult, et entre le Hangar à Bananes et Trentemoult. Ce qu’on ne peut pas faire en Navibus, c’est plusieurs stations. Parce que les temps d’accostage et de décharge des passagers font que, en terme de transport public, ça prendrait trop de temps et ça ne serait plus crédible. Alors que là, si vous êtes dans le Bas-Chantenay et que vous allez sur l’île de Nantes, il n’y aura pas plus rapide.

Pour enrichir l'offre de transport

La deuxième ligne de Navibus avant une troisième en 2022 et une quatrième en 2023. Fonctionnant désormais à l’hydrogène, les nouvelles navettes fluviales sont plutôt très cohérentes avec un schéma de transports multimodal. Et pourtant, l’utilisation du fleuve comme voie de transport n’est pas si audacieuse que ça.

Écouter le podcast

"C’est une audace que Nantes aurait dû garder en quelque sorte. Il y avait les Roquiots autrefois, les ouvriers des chantiers navals allaient au travail sur des Roquiots, sur des bateaux. Mais petit à petit la Loire a été délaissée, Nantes avait tourné le dos à la Loire. Et là on est en train de reconquérir ce fleuve au bénéfice de ses habitants. Donc c’est à la fois une audace et à la fois la réparation d’une erreur historique qui avait été faite au début du 20è siècle."

Et ce n’est bien sûr pas fini, les prochaines années verront un nouveau franchissement de l’Erdre par le Tram jusqu’à La Chapelle-sur-Erdre, de nouvelles rames de tram plus grandes et la prolongation d’une ligne de tram sur l’île de Nantes, jusqu’au nouveau CHU.