Nantes-Atlantique : les anciens pro-aéroport veulent toujours le transfert !

6 février 2019 à 6h06 par Dolorès CHARLES

L'ACSAN et le COCETA, associations favorables à un transfert de Nantes-Atlantique, demandent au président de la République d'inclure l'alternative du transfert dans la réflexion sur le devenir de l'aéroport.

HIT WEST
Crédit: Pixabay

Pas découragées. Deux associations, anciennement pro-transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, ont envoyé un courrier à Emmanuel Macron pour exiger que l’option d’un déménagement de Nantes-Atlantique soit intégrée dans la future concertation, qui doit se tenir à l’été prochain sur le sujet du réaménagement de l’actuelle plateforme. Pour l’heure, il n’en est pas question.

La concertation sur le réaménagement repoussée

La concertation publique en vue du réaménagement de l'aéroport de Nantes-Atlantique est par ailleurs été décalée de quelques mois. L''Etat a annoncé son report à juin et juillet 2019 (au lieu du printemps). Un report pour retravailler le projet qui sera confié à un futur concessionnaire. Piste allongée de 400m, interdiction de vols entre minuit et 6h du matin… Les premiers travaux ne sont pas prévus pas avant 2022.

Lundi, des maires, conseillers départementaux et associations ont présenté à Rezé leurs 7 résolutions sur le devenir de l’aéroport. Ils demandent notamment la mise en place de compensations à hauteur des nuisances vécues par les riverains, et l'interdiction des vols programmés la nuit.

La lettre de l'ACSAN et du COCETA :

Monsieur le Président de la République,

"Vous avez organisé le Grand Débat Public afin de redonner la parole aux citoyens pour qu’ils expriment leurs attentes dans différents domaines.
Ce Grand Débat suscite beaucoup de méfiance car la question se pose sur la réelle volonté à mettre en oeuvre les mesures nécessaires pour prendre en compte le résultat de ce débat. La population, et tout particulièrement les citoyens de Loire-Atlantique, ont en effet un très mauvais souvenir d’un
vote référendaire initié et organisé par l’Etat le 26 juin 2016, et qui a conduit à une décision contraire au résultat exprimé. Vote référendaire car le président de la République s’était engagé à respecter le vote des citoyens, ce que vous avezvous-même affirmé à plusieurs reprises lors de votre campagne électorale.
Vote dont le résultat est sans équivoque puisque 51,08% d’électeurs se sont déplacés un beau week-end de juin, et que 55,17% ont clairement approuvé le transfert de l’aéroport, chiffres bien supérieurs aux scores constatés à l’occasion d’autres élections. Sans équivoque car l’alternative du réaménagement de Nantes-Atlantique figurait bien dans le document élaboré par la CNDP sur plusieurs pages et que la campagne des opposants au transfert a été focalisée sur cet aspect.

Cette décision, non seulement est contraire à la demande des électeurs, mais également aux décisions du conseil d’Etat, de la Justice et à l’approbation de l’Europe. En voulant éviter une forme d’insurrection sur le territoire, difficile à maîtriser, vous avez donné un signe à celles et ceux qui prônent des actions violentes et contribué ainsi à la radicalisation que l’on constate dans le mouvement des gilets jaunes, ceux-ci affirmant que l’on obtient plus et plus vite par des actions violentes que par une contestation respectant notre démocratie.

Alors si vous souhaitez donner de la crédibilité à ce Grand Débat, si vous voulez restaurer au moins partiellement la confiance dans les décisions qui seront prises, nous vous demandons de respecter le vote des citoyens du 26 juin 2016 et pour cela d’inclure dans la concertation prévue, une solution
supplémentaire qui a déjà fait l’objet d’un choix démocratique, le transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique, seule solution qui concilie effectivement le développement de l’aéroport, de la région et du grand ouest et surtout la suppression des nuisances et de la mise en danger des populations de Nantes et sa métropole."