Bretagne

Municipales : enjeux dans les Côtes-d'Armor

11 février 2020 à 16h14 Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : Dinan - Pixabay

Dernière émission spéciale Municipales, dans « Sur place ou à emporter » mercredi sur Hit West. Au menu, le portrait du maire et candidat Marc Laffineur qui brigue un 7ème mandat dans sa commune d’Avrillé (près d’Angers), ou les enjeux dans le département de Loire-Atlantique.

Dans les Côtes d’Armor, les enjeux se focaliseront sur les Villes de Saint-Brieuc et de Lamballe, et plus généralement dans le centre-Bretagne. Pour Joël Bigorgne, directeur départemental de Ouest-France dans le 22, les Côtes d’Armor sont un département ancré à gauche, et le mouvement « En Marche » de l’exécutif a toutes les peines à trouver un écho ici.

Écouter le podcast

« Même si depuis un certain temps, la droite a reconquis certains bastions, les Côtes d’Armor restent quand même sociologiquement un département ancré à gauche. Toutes les réformes du Gouvernement d’Edouard Philippe sont plutôt mal passées, il y a eu des manifestations qui ont entraîné des milliers de personnes, dans les principales villes du département, donc il y a une remobilisation des syndicats... Il y a un an le mouvement des Gilets Jaunes a été particulièrement bien suivi dans le centre Bretagne (un des territoires oubliés de la République…) et en effet La République a en marche n’a pas une bonne image… »

Des étiquettes politiques très discrètes...

La bannière « En Marche » est discrète, comme d’autres, car ici comme ailleurs les étiquettes politiques s’effacent depuis la dernière présidentielle, et il sera difficile pour Joël Bigorgne de comparer l’état des forces politiques en présence à l’issue de ce scrutin des municipales.

Écouter le podcast

« Ce sera compliqué encore une fois avec les étiquettes, parce que pas plus à gauche qu’à droite, et pas plus que La République en marche d’ailleurs, on vient avec son étendard politique… c’est effectivement une nouveauté… Il y a des noms (de liste) pour la défense des intérêts communaux, des phrases qui ne veulent rien dire. On sait à peu près de quelle tendance sont les maires, mais ils ne sont pas sous une étiquette politique et ce sera très compliqué pour nous de faire un état des lieux très précis le 22 mars au soir. »

Plusieurs points chauds

Pour Joël Bigorgne, directeur départemental Ouest-France dans les Côtes d’Armor, il y a plusieurs points chauds, le premier à Lamballe et le second à Saint-Brieuc, où les analystes prédisent une quadrangulaire au soir du premier tour. Face à face des duels fratricides, à gauche comme à droite.

Écouter le podcast

« Une liste qui est inspirée par Bruno Joncour, je dis bien inspiré parce qu’il n’est pas tête de liste, c’est Richard Rouxel qui est tête de liste. Bruno Joncour c’est l’ancien maire de Saint-Brieuc (2001-2017) qui a démissionné il y a trois ans, avec l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir, et qui est devenu député de la Majorité Présidentielle. Il a lâché son mandat de maire au profit de Marie-Claire Diouron (sa première adjointe) et c’est elle qui se présente contre la liste de Bruno Joncour (son mentor), et ce duel fratricide risque de faire mal à la majorité sortante… »

A gauche, plusieurs candidats en lice à Saint-Brieuc. Il y a Hervé Guihard candidat de la liste d’union de la gauche, l’écologiste Noël Pierre … et une liste portée par les Insoumis (sans leader).

LAMBALLE - AUTRE POINT CHAUD

Il va falloir tourner la page de Loïc Cauret, c’est une personnalité politique des Côtes d’Armor. Il a été maire de Lamballe pendant 25 ans. Il a un dauphin mais face à lui, un candidat de droite est bien installé et implanté, et là le duel est indécis.

cathedral-lamballe-2750903_1920.jpg (563 KB)

Cathédrale de Lamballe

LANNION - DINAN - PAIMPOL

A Lannion, c’est un duel classique droite / gauche et le maire sortant Paul Le Bihan ne devrait pas voir de difficultés pour être réélu. La République en Marche tentera de jouer les arbitres seulement. A Dinan (Didier Lechien) ou Paimpol (Jean-Yves de Chaisemartin), les maires sortants devraient être réélus. A Guingamp comme ailleurs, Joël Bigorgne s’étonne de voir des maires sortants sans opposition. Un problème démocratique.

Écouter le podcast

« Il y a un maire sortant et face à lui personne ne veut se représenter parce que sans doute le bilan est satisfaisant mais c’est quand même inquiétant de voir qu’il est impossible de constituer une opposition à un maire … »

Une interview de Dolorès Charles