Bretagne

Municipales à Corsept : enfin un candidat

19 février 2020 à 05h16 Par Dolorès CHARLES
Hôtel de ville du Loroux-Bottereau
Crédit photo : Dolorès Charles (Hit West)

Les élections municipales et à 4 semaines du scrutin 68 % des sondés se disent intéressés par l'enjeu local. C'est le résultat d'un sondage OpinionWay-Square Management. Charles Guyard a joint l'élue de Corsept, qui avait annoncé son départ il y a 2 ans. Un de ses adjoints a décidé finalement de se présenter.

Près de 66 % des Français sont satisfaits de l’action de leur maire et optimistes pour l’avenir de leur commune, et la plupart des sondés, 68 %, se disent intéressés par ce srutin local. C'est le résultat d'un sondage OpinionWay-Square Management diffusé cette semaine. A Corsept, commune située à l'embouchure de la Loire, 2 667 habitants au dernier recensement de l'INSEE, Patricia Benbelkacem, s'était jetée dans la bataille des municipales en 2014, et elle s'étonne aujourd'hui des difficultés à lui trouver un successeur.

Écouter le podcast

"Si vous voulez que les choses changent, il ne suffit pas de le dire, il faut quelque fois s'engager... C'est ce qu'il me semble paradoxal, c'est que plus ça va, plus les gens demandent de la proximité et de la concertation et pour moi la commune c'est le premier maillon en fait de proximité et justement de concertation et où les gens peuvent s'exprimer et à première vue, les gens ne veulent pas s'engager ou ont de la dificulté à s'engager sur du long temps, 6 ans c'est long !"

Six ans c'est long mais un homme, Hervé Gentès, 66 ans jusqu'alors adjoint aux finances, a décidé de s'engager. Seul candidat en lice (février 2020), ce retraité de la Poste a constitué une liste en un temps record. Sans étiquette, cette liste "ouverte" affiche une moyenne d’âge de 52 ans. Il était grand temps pour la maire Patricia Benbelkacem, qui avait annoncé, il y a deux ans qu'elle ne briguerait pas de second mandat.

Écouter le podcast

"J'étais assez inquiète de me dire, il n'y en a pas un qui va repartir... Mais je voulais que cela vienne d'eux, et ne pas dire tiens c'est un tel qui va conduire la liste... Je ne suis pas du tout dans cette démarche là, parce que pour arriver à faire des choses bien, il faut être convaincu de ce que l'on fait et en avoir envie, car c'est un poste difficile... Il faut être capable d'y consacrer beaucoup de temps, après c'est peut être ma façon de travailler qui n'est pas la bonne, qu'ils s'organiseront autrement et que ce sera plus facile..."

La Ville évite la tutelle de la Préfecture

Cette candidature est un soulagement, car si aucun bulletin n'est à glisser dans l'urne le jour J, la mairie peut passer sous tutelle de la préfecture, explique la maire actuelle Patricia Benbelkacem à Charles Guyard.

Écouter le podcast

"La Préfecture désigne trois délégués et en généralement ce sont des gens du Conseil municipal en place pour gérer les affaires courantes, mais vous ne pouvez pas engager de projet, payer les salaires des agents et faire en sorte que les écoles fonctionnent... ça pendant 3 mois, le temps qu'une liste se monte et s'il n'y a toujours personne le dispositif peut être reconduit et si vraiment rien ne se fait eh bien la Préfecture décide de marier la commune avec une autre ou d'autres aux alentours... c'est le Préfet qui décide !"

Pas de nouveau mandat pour lutter contre l'immobilisme

Patricia Benbelkacem ne briguera pas de nouveau mandat mais ce poste lui a plu. Elle préfère passer la main, avant tout pour se prémunir contre un certain immobilisme. Pourtant l'immobilisme, c'est tout le contraire du quotidien d'un maire d'une ville comme Corsept. Ecoutez l'une de ces journées type.

Écouter le podcast

"On commence de très bonne heure le matin. On vérifie l'agenda, les rendez-vous, les commissions c'est beaucoup de rencontres, de comités de pilotage, ça peut être aussi la gestion du personnel, recevoir des agents, on passe vraiment pas tous les domaines ... C'est la gestion du quotidien, des bâtiments, des routes, etc. Et puis en tant que maire, on est ausi à la communauté de communes et là vous remettez la même chose mais multiplier par 6 parce que vous travaillez pour 6 communes à la place d'une seule."

A priori, le travail est passionnant mais n'espérez pas remplir votre compte en banque car si la fonction est indemnisée, c'est surtout symbolique.

Écouter le podcast

"Il y a une enveloppe globale à partager entre le maire, les adjoints et même les conseillers ont une petite indemnité c'est pas grand chose, c'est 50 euros par mois mais je trouvais normal qu'ils soient défrayés... Celui qui fait ça pour le salaire d'une petite commune, il faut oublier, si vous calculez à l'heure on n'est pas bien payé... moi je touche 2 100 euros net par mois."

2.100 euros net par mois, un SMIC pour un CDD de 6 ans, et pour une fonction qui vous occupe 7 jours sur 7, 24h sur 24.

Un reportage de Charles Guyard.