Actualités régionales

Mouvement social : Une rentrée presque décevante

17 septembre 2020 à 16h51 Par Emilie PLANTARD
Crédit photo : @Hit West

Les syndicats de cheminots, entre autres, avaient appelé à la mobilisation ce jeudi 17 septembre, ils ont été relayés par nombre d'organisations, mais n’ont pas été suivis jusque dans la rue… Dans les grandes villes, les cortèges étaient plutôt frêles.

Entre 1000 et 2000 personnes à Nantes, pas mieux à Rennes, un peu moins à Angers, bref, la date du 17 septembre n’a pas convaincu masse de manifestants à se couvrir le visage pour aller défiler dans les rues. L’appel était lancé par la CGT au niveau national, il a été entendu par les syndicats (Solidaires, FO, FSU…) mais n’a pas franchement mobilisé. Dans les rangs de Nantes, des enseignants, des cheminots, quelques soignants, des retraités, des chômeurs et même quelques gilets jaunes qui dénoncent globalement les mesures du gouvernement et un plan de relance qui favorise l’économie et délaisse les salariés et le service public. Catherine (FSU 44), Elise (CGT CHU Nantes) et Alain (CGT cheminots) ont expliqué leur présence au micro d’Emilie Plantard :

Écouter le podcast
"Mobiliser les gens à cette date-là c’était compliqué mais ceci-dit, ça nous semblait important d’être là en soutient et de dire que ça marquait aussi une rentrée sociale… C’est maintenant qu’il faut dire qu’on a besoin d’avoir des moyens, d’avoir des services publics. Je pense que tout le monde l’a vu dans ce contexte de crise sanitaire, c’est le service public qui fonctionnait pendant que tout le monde était confiné… Le message c’est dire que les décisions gouvernementales ne répondent pas aux enjeux, et que lâcher des milliards sans compensation par exemple, ça ne sert à rien."

cgt.JPG (1.37 MB)

Petite manif de rentrée

A Nantes, la manifestation s’est donc déroulée dans le calme, telle une intersyndicale classique. Une mobilisation décevante mais qui s’explique certainement par un contexte difficile, notamment au point de vue sanitaire…

Écouter le podcast
"La situation est particulière, on sort de confinement, on parle de télétravail, les gens ne sont pas dans la rue, il y a des problèmes avec l’éducation mais a ça repartira, c’est obligé… Pour une rentrée c’est pas mal, c’est une première pierre à l’édifice, sachant que je gage que le mouvement social va s’amplifier dans les mois à venir… Si on ne peut pas battre le pavé parce que la situation sanitaire rend les choses compliquées, on trouvera d’autres formes de mobilisation, mais tant qu’on pourra on battra le pavé, en espérant une mobilisation plus importante."

Une prochaine manifestation de santé est prévue le 15 octobre prochain.