Masques obligatoires dans 6 communes de Mayenne

16 juillet 2020 à 4h35 par Alexandra BRUNOIS

Deux jours après le Président Macron annonçant le port du masque obligatoire dans les lieux clos publics à compter du 1er août, le nouveau Premier ministre Jean Castex avance la mesure à la semaine prochaine. En Mayenne, 6 communes imposent le masque dès aujourd'hui dont la ville de Laval.

HIT WEST
Crédit: Yann Launay (Archives)

Cette obligation à porter le masque en Mayenne dès maintenant, c'était le souhait dès mardi du Président du Conseil départemental, Olivier Richefou, joint par Alexandra Brunois hier (mercredi ) :


Écouter le podcast


« Je pense qu’il n’y a pas besoin d’attendre le 1er août notamment en Mayenne où nous avons eu des clusters et une situation un peu plus tendue qu’ailleurs… Suite à mon message d’hier, j’ai échangé à nouveau avec le préfet à deux reprises aujourd’hui et je peux vous dire qu’il est sur le chemin de prendre effectivement cet arrêté. La consultation est en cours auprès de l’ARS et je pense que le département de la Mayenne aura pris cet arrêté avant qu’il ne soit pris au niveau national… et c’est ainsi une très bonne chose ».






Le ministre de la Santé Olivier Véran a rappelé ce matin que le virus circulait en Mayenne, un "territoire dit vulnérable" et qui compte 50,1 nouveaux cas pour 100 000 habitants détectés en 7 jours, un taux synonyme de seuil d’alerte dépassé. Plusieurs maires ont pris des arrêtés pour obliger dès maintenant le port du masque : Saint-Berthevin, Changé, Cossé-le-Vivien et Renazé… Le Préfet vient de prendre lui aussi un arrêté imposant le masque dans les communes de Laval, Bonchamp-lès-Laval, L’Huisserie ou Louverné.






Le virus circule aussi en Bretagne


Les cas positifs au Covid-19 se multiplient dans la région de Bretagne : 110 nouveaux cas positifs en cinq jours (+ 48 dans le Finistère depuis vendredi). Trois cas ont été recensés chez des enfants à Plérin dans un centre de loisirs, fermé jusqu’à la fin de semaine. Une opération de dépistage est prévue aujourd’hui. Masques obligatoires sinon sur les marchés malouins en Ille-et-Vilaine... Le nouvel élu Gilles Lurton a pris un arrêté rendant obligatoire le port du masque dans les lieux publics clos de la cité portuaire. Pendant les grands week-ends de mai, l’ancien maire de Saint-Malo Claude Renoult avait lui pris un arrêté imposant le masque intra-muros pour protéger malouins et touristes.





"La Mayenne n'est pas Cayenne"


Selon Santé Publique France, le nombre de personnes hospitalisées a doublé dans le département de la Mayenne, passant de 8 à 16 en une semaine. Le département est classé comme une zone « vulnérable » face au Coronavirus mais selon le Président du Département, il faut relativiser… "La Mayenne n’est pas la Guyane !"


Écouter le podcast


« J’aurai pu faire un jeu de mot : la Mayenne, c’est pas Cayenne. Nous n’en sommes pas et nous n’en serons jamais à cette situation-là… parce que les Mayennais sont d’abord des gens très respectueux des consignes qui leur sont données. Moi je vois et on me rapporte beaucoup que depuis le début de la semaine, le port du masque est beaucoup plus systématique en tous cas dans les lieux clos. Tous les commerçants ont été sensibilisés, toutes les grandes surfaces l’ont été. Et je sais qu’aujourd’hui quelques maires, Yannick Borde à Saint-Berthevin, Patrick Péniguel à Changé vont prendre des arrêtés pour les rendre obligatoires sur leur commune ».






Face à l’apparition de 6 clusters, la Mayenne a lancé des tests massifs de dépistage du Coronavirus. Au total, 300 000 Mayennais à tester mais dans les faits, ce ne sera pas possible estime le Président Olivier Richefou au micro d'Alexandra Brunois :


Écouter le podcast


« Revenons à la raison, portons le masque, testons autour des clusters dans l’agglomération lavalloise, demain autour de Château-Gontier et ailleurs s’il y a un nouveau cluster, mais n’allons pas ennuyer les gens de Vihiers-la- et de avec ce sujet sauf ce qui ont des symptômes bien évidemment. De toute façon, on ne serait pas en mesures matériellement… on fait 1 200 tests par jour, donc si vous divisez 300 mille par 1 200, vous voyez qu’on tombe sur environ 8 mois de délais. La priorité c’est de se concentrer sur les lieux où il y a eu des cas bien évidemment ».