Masques : l'usine de Plaintel pourrait redémarrer !

8 avril 2020 à 2h24 par Dolorès CHARLES

Dans les Côtes-d'Armor, les élus bretons t anciens salariés veulent relancer l'usine de masques de Plaintel, fermée en 2018 pour cause délocalisation.

HIT WEST
Crédit: Pixabay

La crise dans la crise ! En marge de cette pandémie, la France a cruellement manqué et manque encore de masques de protection. La région bretonne compte en distribuer aujourd’hui 500 000. Des masques qui n’ont pas été produits en Bretagne, et pour cause Honeywell l’usine de masques de Plaintel a fermé ses portes en 2018. Cette usine propriété d’un groupe américain fabriquait des masques FFP2, jusqu’à 200 millions par an, et comptait 300 salariés. Mais le groupe a délocalisé la production en Tunisie. Honeywell était la dernière grosse usine de masques en France : le syndicaliste Serge Le Quéau joint par Mathieu Lopinot. Il parle de vrai gâchis !

Écouter le podcast

"Le groupe Honeywell a racheté l'entreprise avec les brevets, avec les machines et avec le personne qui était très compétent. D'ailleurs le masque FFP2 a été inventé par des ingénieurs et des techniciens de l'usine Honeywell de Plaintel. C'est un gâchis industriel et humain... On aurait été en capacité de fournir tous les masques des personnels soignants de notre pays... on aurait pu être équipé très rapidement ! Il n'y aurait eu aucun problème d'approvisionnement pour le marché français !"

Écouter le podcast

"Les salariés ont été écoeurés par ce qu'il se passait... Personne n'était au courant. Honeyweell ne s'est pas vanté d'avoir détruit les machines qu'elle possédait sur le site de Plaintel... Nous dans le cadre d'une enquête sur le coronavirus, des salariés nous ont révélé que ces machines avaient été détruites ... mais l'information n'avait pas fuité à l'époque... Ils ne voulaient pas que ces machines et ces outils de production performants soient repris par une autre entreprise concurrente, ou par des salariés dans le cadre d'une coopérative..."

L'usine relancée ?

En pleine crise, la Région, le Département des Côtes d’Armor ainsi que d’anciens salariés sont prêts à relancer l’usine, en créant une Société coopérative d’intérêt collectif. Ce projet est porté par l’ancien directeur (ex-Sperian), Jean-Jacques Fuan, et de nombreux partenaires locaux. Le syndicaliste Serge Le Quéau.

Écouter le podcast

"Il y a une nécessité absolue de pérenniser la production de masques en France et il appartient aujourd'hui à l'Etat de faire en sorte que ce marché de fabrication de masques déroge aux règles de la concurrence... qui prévalent aujourd'hui au niveau européen."

Le premier masque pourrait sortir de l’usine de Plaintel d’ici 6 à 9 mois, le temps de trouver de l’argent, un local et de remettre en marche les machines.

Le communiqué de la Région :

"La Région Bretagne et le Département des Côtes d’Armor  prêts pour relancer une usine de masques à Plaintel

Partageant le souhait généralement exprimé de voir une industrie des masques de protection se réimplanter en Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne, et Alain Cadec, Président des Côtes d’Armor, souhaitent apporter des précisions sur les projets dont la presse s’est fait l’écho. Ils demandent aujourd’hui des engagements clairs pour garantir l’avenir d’un tel site.

Depuis le début de cette crise sanitaire sans précédent, nous voyons bien que le sujet des masques est – et restera encore longtemps – au cœur des enjeux de santé publique. Nous avions une usine qui en produisait en Bretagne ; elle est malheureusement fermée depuis 2018 et il ne nous appartient pas de refaire le match, quoique nous pensions de ce gâchis industriel.

Nous sommes en contact, depuis fin mars, avec plusieurs acteurs qui portent l’ambition, comme nous, de relancer l’usine de Plaintel. Ce projet est porté par l’ancien directeur de l’ancienne usine Honeywell (ex-Sperian), M. Jean-Jacques Fuan, et de nombreux partenaires locaux.
Après des échanges avec les élus du territoire, nous voulons confirmer notre disponibilité pour étudier tout projet de relance de cette usine de masques, qui pourrait s’avérer un outil stratégique dans l’indépendance recherchée vis-à-vis de ces produits indispensables en temps de crise sanitaire.

Mais pour que ce projet puisse voir le jour, et les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est indispensable que l’Union Européenne et/ou l’État s’engagent dans des commandes stratégiques de long terme. Des contacts ont été pris ces derniers jours sur ce point.

Par ailleurs, au regard des enjeux de développement de nos territoires et de l’ambition que nous avons d’impliquer les citoyens dans ce type de projet – stratégique en terme de souveraineté – nous étudions, avec Monsieur Fuan et ses conseils, les formes juridiques permettant d’associer des citoyens volontaires à l’actionnariat.

Afin d’explorer toutes les pistes permettant la réussite de ce projet, le Président de Région a missionné Guy Hascoët pour accompagner la Région Bretagne, collectivité cheffe de file sur le développement économique. L’ancien secrétaire d’État travaillera en lien étroit avec les équipes de la Région, du Département, les acteurs de l’écosystème et les autres collectivités.

Pour Alain Cadec, Président du Conseil départemental des Côtes d’Armor :
« Nous souhaitons tout mettre en œuvre pour fédérer les énergies sur ce projet industriel qui doit devenir le projet de toute une région et de ses habitants. »

Pour Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne :
« La fabrication de masques à Plaintel est un beau projet qui parle aux Bretons. Mais notre responsabilité est de nous assurer de la viabilité du projet, au-delà de la crise, pour éviter de conduire les acteurs dans une impasse. »